Chine : la natalité à marche forcée

Après la politique de l'enfant unique mise en place en Chine en 1979, assouplie depuis 2005, Pékin s'apprête à présent à renoncer à tout contrôle des naissances, car c'est aujourd'hui le vieillissement de la population qui inquiète.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Avoir un bébé ? Ou deux ? Pourquoi pas trois ? Ou quatre ? Le Parti communiste semble décidé : les Chinois, eux aussi, pourront bientôt fonder des familles nombreuses. Dans les rues de Shanghai, la nouvelle est très bien accueillie. La mesure est envisagée pour 2020. Terminées, donc, les limitations de naissances instaurées il y a quarante ans. Car il y a urgence : la Chine vieillit et a besoin de bras pour travailler. Pour la sixième année consécutive, la population active a chuté : -5,5 millions de travailleurs en 2017, et le nombre des plus de 60 ans devrait doubler en vingt ans pour atteindre 35% de la population.

Taxer les couples de moins de 40 ans jusqu'à la deuxième naissance ?

Pour rééquilibrer sa démographie, Pékin compte donc sur ses familles, mais elles sont souvent réticentes. Ce jeune Chinois de 4 ans est fils unique. Comme la plupart des Chinois de la classe moyenne, ses parents n'envisagent pas de profiter de cette mesure. Signe de l'inquiétude des autorités : pour pousser ces familles à s'agrandir, des chercheurs proposent de taxer les couples de moins de 40 ans jusqu'à ce qu'ils aient au moins deux enfants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Naissance d\'un bébé dans une maternité de Lanzhou (Chine).
Naissance d'un bébé dans une maternité de Lanzhou (Chine). (CHEN BIN / XINHUA)