Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Chine : quand le désert de Gobi avance...

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Chine  : la lutte contre l'avancée du désert de Gobi
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

En Chine, l'avancée du désert de Gobi est un désastre écologique. Le pays a décidé de planter une gigantesque forêt afin de lutter contre ce phénomène.

Dans le désert de Gobi, le plus grand de Chine, on dit que les dunes chantent. En réalité, elles avancent. Les habitants ont quitté leurs maisons. Tous, sauf Tubu Bartu, 90 ans et sa femme, nés ici et décidés à y rester. Ils défient le désert, enfourchent quotidiennement leur moto vers le puit pour arroser les arbustes plantés par leurs soins il y a quinze ans pour faire barrage à l'océan de sable grandissant. Ici, on l'appelle le dragon jaune : monstre de sable qui frappe régulièrement jusque dans la capitale, étouffant ses habitants. La désertification est le principal problème écologique en Chine : chaque année, le désert grignote 3 000 km2. En cause : la déforestation voulue dès 1958 par l'empereur Mao. Agriculture intensive et urbanisation massive feront le reste.

Une "grande muraille verte"

Dans le nord du pays, les températures ont augmenté de deux degrés en l'espace de cinquante ans. Aujourd'hui, la Chine compte près de 350 000 réfugiés climatiques. Les autorités relogent certains d'entre eux dans des lotissements donnés par les autorités. Pas grand-chose à faire et aucune aide. Le gouvernement réquisitionne des terres afin d'ériger une grande muraille verte : 4 800 kilomètres sur 1 500 au long du désert de Gobi. Ce projet pharaonique a été lancé dans les années 1970 : 66 milliards d'arbres ont été plantés à ce jour. Des forêts d'arbustes commencent à gagner du terrain sur le désert. Le dragon jaune se laissera-t-il dompter par le nouveau dragon vert ? Les Chinois se sont donnés jusqu'en 2050 pour planter la plus grande forêt artificielle du monde.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.