Cet article date de plus d'un an.

Bois : la filière s’inquiète des exportations massives vers la Chine

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Bois : la filière s’inquiète des exportations massives vers la Chine
France 2
Article rédigé par
A. Jolly, S. Soubane, M. Mullot, J. Delage, G. Pinot, A. D’Arboreon - France 2
France Télévisions

Les scieries françaises s’inquiètent de voir la Chine acheter en masse du bois français. La filière est asséchée par les exportations, et cette situation menace les emplois.

Les entreprises du bois manquent de chêne. En Charente, une scierie familiale découpe des grumes de chêne, pour un volume allant jusqu’à 30 000 mètres cube par an. La cadence pourrait être augmentée, selon la gérante, à condition d’avoir accès à la matière première. "On va être à 60-80% de notre capacité de production. On pourrait transformer plus, mais on n’arrive pas à avoir les approvisionnements", regrette Mathilde Joselet.

Une pétition lancée par les entreprises

Une pétition a été lancée. 90% des entreprises disent manquer de chêne, la faute en partie à la Chine, qui achète de plus en plus de bois. Depuis dix ans, l’appétit du pays pour le chêne est devenu dévorant. Selon la Fédération nationale du bois, un chêne sur trois est actuellement exporté en Chine. C’était un sur dix il y a dix ans. La tendance s’accélère ces derniers mois, notamment car la Russie a décidé d’arrêter de vendre à l’étranger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.