Cet article date de plus de huit ans.

Centrafrique : confusion dans les rues de Bangui

Cinq soldats du contingent tchadien de la force militaire africaine en Centrafrique sont morts lors d'affrontements hier mercredi. Cette information a été donnée ce jeudi matin par le porte-parole de la Misca qui a aussi expliqué qu'une très grande confusion régnait dans la ville. Ce matin également, de nombreux militaires français étaient déployés sur les principaux axes de Bangui.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Andreea Campeanu Reuters)

C'est le trouble qui règne ce jeudi matin à Bangui. Le porte-parole
de la Misca a annoncé que cinq soldats tchadiens, issus des forces militaires africaines,
ont été tués lors d'affrontements dans la capitale centrafricaine mercredi soir.

Pour l'instant, la situation reste donc confuse. Roger, un agent de sécurité habitant à
Bangui raconte à nos envoyés spéciaux les "balles qui sifflaient ". Et il parle de sa "déception " notamment quant à l'action de la Misca, la force africaine.

L'annonce de la mort de cinq soldats tchadiens intervient au moment où la tension est palpable
entre soldats tchadiens et communauté chrétienne centrafricaine. Ces derniers accusent les Tchadiens de partialité à
l'égard des musulmans, comme l'explique le reportage de Jérôme Jadot.

De leurs côtés, des soldats français se déploient ce matin
sur les principaux axes de la ville. Au milieu de cette cohue, les populations civiles tentent de
trouver refuge aux abords des pistes de l'aéroport, là où les troupes
françaises sont basées.

Depuis le début du conflit, des dizaines de milliers de
déplacés sont venus à proximité de cet aéroport pour fuir les violences. Les troupes françaises que certains estiment désormais pas assez nombreuses. C'est l'opinion du général Vincent Desportes qui s'explique au micro de Mireille Lemaresquier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.