Cet article date de plus de dix ans.

Ce matin, les forces de sécurité syriennes ont ouvert le feu sur la foule lors des funérailles du dirigeant kurde.

Plus de 50 000 manifestants participaient ce matin aux funérailles de l'opposant et dirigeant kurde Mechaal Tamo, dirigeant kurde assassiné vendredi à Qamichli dans le nord-est de la Syrie, quand la sécurité a tiré sur la foule. Bilan : quatre morts, au moins trois blessés.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mechaal Tamo, chef de l'opposition kurde, a été assassiné vendredi. Ses funérailles ont tourné à la manifestation. (AFP / Youtube)

Plus de 50 000 manifestants participaient ce matin aux funérailles de l'opposant et dirigeant kurde Mechaal Tamo, dirigeant kurde assassiné vendredi à Qamichli dans le nord-est de la Syrie, quand la sécurité a tiré sur la foule. Bilan : quatre morts, au moins trois blessés.

"Les funérailles de Mechaal Tamo se sont transformées en une manifestation de 50.000 personnes appelant à la chute du régime" du président Bachar al-Assad, a expliqué l'OSDH dans un communiqué.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a premièrement annoncé la mort d'une personne lors des funérailles. "Une personne a été tuée et trois autres ont été blessées par des tirs lors des funérailles de Tamo", a-t-il indiqué. "D'autres ont été blessées par balles lors des funérailles", ont indiqué dans un communiqué les Comités de coordination locaux (LCC), qui chapeautent les protestataires. Le bilan s'est alourdi et est passé à quatre morts et plusieurs blessés.

Mechaal Tamo, 53 ans, membre du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a été assassiné vendredi par des inconnus à son domicile à Qamichli, selon des militants.
"Quatre hommes armés et masqués se sont introduits dans sa maison et ont tiré sur lui et son fils Marcel et une collègue", qui ont tous deux été blessés, a expliqué l'OSDH.

L'agence officielle syrienne Sana a affirmé de son côté que le responsable kurde avait été tué par des "hommes armés à bord d'une voiture noire qui ont tiré sur son véhicule". Fondateur du Courant du Futur, un parti kurde libéral, Mechaal Tamo avait récemment été libéré après trois ans et demi de prison. Il avait rejeté une proposition de dialogue présentée aux partis kurdes par les autorités.
A l'annonce de son décès, des milliers de manifestants kurdes étaient descendus dans la rue vendredi soir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.