Cet article date de plus de huit ans.

Caricatures de Mahomet au Texas : deux tireurs abattus par la police

Selon le communiqué de la ville de Garland près de Dallas, deux hommes qui avaient commencé à tirer sur un officier chargé de la sécurité d'un concours de caricatures du prophète Mahomet, ont été abattus par la police. L'agression aurait été revendiquée par des hommes se réclamant de Daech.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Des policiers du Swat, l'équivalent du GIGN français, bloquent les participants à cette exposition à l'intérieur pendant la fusillade © REUTERS | Mike Stone)

Les deux hommes "se sont approchés en voiture" du Curtis Culwell Center de Garland à la fin d'un concours de caricatures de Mahomet. Puis ils ont "ouvert le feu" contre un officier de sécurité de la ville. Deux policiers ont alors répliqué et ont abattu les deux hommes indique le communiqué de la ville de Garland posté sur Facebook. (voir plus bas).

Caricatures de Mahomet au Texas : deux tireurs abattus par la police - reportage Frédéric Carbonne

Selon SITE, une organisation qui s'est spécialisée dans la surveillance des sites djihadistes, un homme se revendiquant du groupe Daech a affirmé sur Twitter que l'attaque avait été perpétrée par deux sympathisants de cette organisation.

Des milliers de dollars pour les meilleurs caricatures

Cette exposition Mohammad Art Exhibit and Contest a été financée par un groupe American Freedom Defense Initiative dont la présidente Amela Geller. Cette association a déjà payé des campagnes de publicité contre l'islam. Les organisateurs offraient un prix de 10.000 dollars (près de 9.000 euros) pour la meilleure caricature du prophète et un autre de 2.500 dollars pour le choix du public.

Le populiste néerlandais Geert Wilders était intervenu dans le cadre de cette exposition pour, a-t-il dit avoir "parlé des caricatures, de l'islam et de la liberté d'expression" avait quitté les lieux avant la fusillade. Il a dénoncé "une atteinte à la liberté d'expression de tous."

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.