Cet article date de plus de six ans.

Licencié pour comportement agressif au Canada, un serveur explique son attitude par sa "culture française"

Le serveur pense avoir été remercié en raison de la "perception que sa culture française le faisait paraître agressif".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un serveur français licencié par un restaurateur canadien pour agressivité explique que son attitude est liée à sa culture française et se dit victime de discrimination. (MAXPPP)

Un serveur français licencié par un restaurateur canadien pour agressivité envers ses collègues a plaidé que son attitude n'était pas due à un quelconque manque de politesse, mais à sa culture française, selon des documents judiciaires cités par l'AFP et Radio-Canada.

Guillaume Rey, qui travaillait dans un restaurant de Vancouver, sur la côte pacifique canadienne, a déposé plainte devant le tribunal des droits de la personne de Colombie-Britannique après avoir été remercié par son employeur.

"Discrimination contre sa culture"

Ce dernier lui reproche d'avoir contrevenu au code de bonne conduite et de respect dans l'entreprise et a demandé que la plainte soit rejetée. Tout en reconnaissant les qualités professionnelles de Guillaume Rey, son employeur lui reproche d'avoir été à plusieurs reprises "malpoli, agressif et irrespectueux" envers ses collègues.

Guillaume Rey estime de son côté avoir été remercié en raison de la "perception que sa culture française le faisait paraître agressif", écrit un membre du tribunal, Devyn Cousineau, dans les attendus de sa décision publiée récemment sur le site du tribunal. Le serveur pense, selon ce document, avoir été victime "de discrimination contre sa culture", dans laquelle on a tendance à se montrer "plus direct et plus expressif". Il estime avoir été limogé à cause de son attitude "directe, honnête et professionnelle" et de ses "standards élevés" appris dans l'industrie hôtelière française.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.