Cet article date de plus d'un an.

Canada : une tempête de glace fait trois morts et d'importants dégâts matériels dans l'est du pays

Plus d'un million de foyers, notamment à Montréal, ont été privés d'électricité ces derniers jours et certains devront attendre jusqu'à lundi avant de retrouver du courant.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un arbre est tombé après le passage d'une tempête de glace, le 6 avril 2023 à Montréal (Canada). (DAVID HIMBERT / HANS LUCAS / AFP)

Une violente tempête hivernale a touché le Québec et l'Ontario, les deux provinces les plus peuplées du Canada. Trois personnes sont mortes et environ 400 000 foyers restaient dans le noir vendredi à 17h30 (23h30 heure française), contre 1,1 million au plus fort des intempéries. Il s'agit de la plus grosse panne sur le réseau électrique du Québec depuis la crise du verglas de 1998, qui avait plongé la province dans le chaos pendant plusieurs semaines.

Un résident de l'est de l'Ontario a été tué par la chute d'un arbre mercredi, un sexagénaire au Québec a été mortellement blessé par une branche en tentant de déblayer son jardin jeudi et un autre homme est mort à son domicile à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Montréal après avoir été intoxiqué au monoxyde de carbone en utilisant un générateur électrique dans son garage, selon les autorités locales.

Les autorités sanitaires de Montréal ont par ailleurs enregistré une soixantaine de signalements d'intoxications au monoxyde de carbone, des familles utilisant par exemple des barbecues à l'intérieur de leur domicile pour se réchauffer.

Au fur et à mesure de la journée vendredi, le courant était peu à peu rétabli. "On sait que pour certains clients, ça va durer jusqu'à dimanche, potentiellement lundi", selon Régis Tellier, porte-parole d'Hydro-Québec. La ville de Montréal, où environ la moitié des pannes ont eu lieu, a ouvert six centres d'hébergement d'urgence. Des habitants privés d'électricité ont pu y passer la nuit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.