Cet article date de plus de deux ans.

Canada : l'Etat va verser des milliards d'indemnisations aux enfants autochtones arrachés à leur famille

L'accord de principe, qui sera finalisé dans les mois à venir, vise à mettre fin à des années de litiges.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des chaussures d'enfants et des peluches, déposés en hommage aux enfants indigènes arrachés à leur famille sur les marches de l'ancien pensionnat Mohawk Institute, à Brantford (Ontario, Canada), le 9 novembre 2021. (COLE BURSTON / AFP)

Il s'agit du "plus important accord d'indemnisation dans l'histoire du Canada", s'est félicité le gouvernement. Ottawa a annoncé, mardi 4 janvier, la conclusion d'un accord de principe d'un montant de 40 milliards de dollars canadiens (27,8 milliards d'euros) pour indemniser les enfants autochtones et leur famille victimes de discrimination.

De la fin du XIXe siècle aux années 1990, quelque 150 000 enfants des peuples autochtones ont été placés de force dans des pensionnats aujourd'hui fermés, où ils ont été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture. Des milliers n'en sont jamais revenus. L'Eglise catholique du Canada a présenté en septembre des excuses officielles pour ces faits.

L'accord de principe, qui sera finalisé dans les mois à venir, vise à mettre fin à des années de litiges. La moitié de cette somme servira à compenser les enfants autochtones retirés de la garde de leurs parents et placés dans le système de protection de l'enfance, l'autre permettra de réformer ce système durant les cinq prochaines années.

"Un tournant décisif dans le travail de réconciliation"

"Aucune indemnisation ne peut compenser le traumatisme qu'ont subi les gens", a observé la ministre des Services aux Autochtones, Patty Hadju. Mais l'accord "reconnaît pour les survivants et leur famille la douleur et le préjudice causés par la discrimination dans le financement et les services".

Le montant exact qui sera versé à chaque personne, ainsi que les modalités et le calendrier, seront déterminés lors de consultations entre des experts et la principale organisation autochtone du pays, l'Assemblée des Premières Nations, ont expliqué des avocats de plaignants dans deux affaires.

"Cet accord est historique et nous espérons qu'il marquera un tournant décisif dans le travail de réconciliation de ce pays", a observé l'un de ces avocats. Selon lui, son montant "souligne la gravité du dommage subi et fournira un soutien financier pour permettre aux victimes d'améliorer leur vie en allant de l'avant".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.