Au Canada, le facteur ne passera plus

La poste canadienne va mal, très mal. Le spectre du milliard de dollars de déficit pointe à l'horizon 2020. Parmi les mesures prises pour redresser la situation, la fin de la distribution du courrier à domicile.

(AFP)
Fini la distribution à domicile du courrier, place aux boîtes communautaires, y compris en ville. D'ici cinq ans, la révolution sera achevée. Poste Canada est confronté à une chute du trafic sans précédent. Les trois derniers mois de 2013, 73 millions de lettres ont été livrées en moins par rapport au dernier trimestre 2012. 

De 2008 à 2012, le nombre de lettres et de colis livrés a baissé de 23%. Mais ici aussi, l'explosion des achats sur internet, fait s'envoler la livraison de colis. Pour le groupe public, les chiffres tournent autour du million, tandis que son concurrent privé UPS livre 15 millions de colis par jour.

Evidemment, redresser les comptes passe aussi par une réduction des effectifs. Poste Canada va se séparer de 15.000 salariés en cinq ans. Les protestations viennent de tous horizons, et pas seulement des syndicats. Car, dans le même temps, les tarifs sont à la hausse. Ainsi le timbre à l'unité passe de 63 cents à 1 dollar.

Des voix s'élèvent pour demander au gouvernement fédéral de développer une activité bancaire en parallèle, bien plus rémunératrice.