Trois questions autour du scandale de viande avariée brésilienne

Au Brésil, un vaste réseau de viande avariée a été démantelé vendredi 17 mars. Les pays qui en achètent ont réagi soit par des restrictions d'importation, soit par l'annonce de contrôles renforcés.

Des cuisses de poulet congelées importées du Brésil sont photographiées à Hong Kong, le 21 mars 2017.
Des cuisses de poulet congelées importées du Brésil sont photographiées à Hong Kong, le 21 mars 2017. (ANTHONY WALLACE / AFP)

Un scandale peu ragoûtant. Vendredi 17 mars, la police brésilienne a démantelé un réseau commercialisant de la viande impropre à la consommation. Mais la viande en question a également été largement exportée au-delà des frontières du Brésil, inquiétant les consommateurs de plusieurs continents, de l'Asie jusqu'à l'Union européenne. Trois questions pour mieux comprendre ce qui s'est passé:

De quoi s'agit-il ?

La police brésilienne a organisé vendredi 17 mars une conférence de presse pour raconter la "plus importante opération de son histoire". Elle a en effet démantelé un vaste réseau de viande avariée qui était commercialisée sous de fausses étiquettes, avec des complicités dans l'administration brésilienne. Au total, "21 entrepôts frigorifiques ont été visés par l'enquête"

Pour masquer l'aspect et l'odeur des produits avariés, plusieurs petites entreprises du secteur frigorifique ont eu recours à des substances douteuses. Un inspecteur du ministère de l'Agriculture a ainsi précisé à la chaîne TV Globo qu'un entrepôt de Curitiba utilisait de l'acide sorbique, un "agent décontaminant qui se mélange avec les produits pour diminuer la contamination bactérienne et masquer les odeurs et autres caractéristiques de la viande pourrie". Les enquêteurs ont également détecté la présence de bactéries de type salmonelle dans des produits exportés.

Enfin, des fonctionnaires recevaient des pots-de-vin pour émettre des certificats sanitaires sans avoir effectué d'inspections.

Quelles mesures prises à l'étranger ?

Le président brésilien Michel Temer a eu beau affirmer, dimanche 19 mars, que "seuls six" des entrepôts visés ont réalisé des exportations au cours des 60 derniers jours, il n'a pas réussi à rassurer.

Les importations ont ainsi été suspendues en Chine et au Chili. Un coup dur pour le premier exportateur mondial de bœuf et de volaille : en 2016, le Brésil a exporté pour plus de 859 millions de dollars de viande de poulet vers la Chine et pour 702,7 millions de viande bovine, selon le ministère du Commerce.

De son côté, l'Union européenne a demandé "au Brésil de retirer immédiatement tous les établissements impliqués dans la fraude de la liste" des sociétés approuvées par l'UE pour l'exportation, a indiqué Enrico Brivio, un porte-parole de la Commission. Au total, L'UE a importé en 2016, près de 110 000 tonnes de viandes du Brésil (25 898 tonnes de viandes fraîches réfrigérées, 39 789 tonnes de viandes congelées et 44 157 tonnes de viandes préparées).

Et en France ?

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a demandé à ses services de renforcer les contrôles à l'importation pour les lots de viande en provenance du Brésil, rapporte Le Figaro. Une réunion des chefs des services vétérinaires des Etats membres de l'Union européenne doit se tenir vendredi, et Paris demandera formellement à la Commission européenne de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des consommateurs.

Mais au-delà, les professionnels de la vente en France réclament que le secteur de la viande bovine soit "exclu" des négociations commerciales en cours entre l'Union européenne (UE) et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela), alors qu'une nouvelle ronde de négociations vient juste de s'ouvrir à Buenos Aires.

Enfonçant le clou, Guy Hermouet, président de la section viande bovine et exportation d'Interbev (Association nationale inter-professionnelle du bétail et des viandes), a déclaré à l'AFP que sa fédération a toujours été "dubitative sur les contrôles et la qualité des viandes venant d'Amérique du sud, sur les hormones, les OGM ou les activateurs de croissance, on est loin des standards européens, sans parler du bien-être animal dans les feedlot industriels".

La France a importé l'an dernier 1 112 tonnes de viande bovine transformée et 527 tonnes de viande bovine congelée du Brésil, principalement utilisée dans l'industrie de transformation. Soit moins de 0,1% de sa consommation annuelle.