Cet article date de plus de six ans.

Transport aérien au Brésil : le Mondial n’a pas vraiment dopé le secteur

Contrairement aux attentes, la coupe du Monde de football n’a pas augmenté considérablement le trafic passagers dans les aéroports brésiliens. Voire même l’a ralenti en ce qui concerne les voyages d’affaires. Mais dans ce secteur, le potentiel du Brésil reste considérable.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Aéroport de Guarulhos, à San Paulo, au sud-est du Brésil, le 3 juillet 2014. ( CRISTIANO NOVAIS / CPN / Estadao Conteúdo)
Lors des 25 premiers jours du Mondial (12 juin-13 juillet 2014), 12 millions de personnes ont transité par 21 aéroports (près de 90% du trafic du secteur) dans les villes hôtes des matches et les villes voisines, selon les données du ministère de l'Aviation civile.
 
D’après le journal Folha de S.Paulo, cela représente une augmentation de 5,9% par rapport à la même période de 2013 (12 juin au 6 juillet) : 11,36 millions de passagers. Le trafic directement lié à la Coupe du Monde n'a pas suffi à compenser la perte des passagers lambda, dont une partie a déplacé ses vacances, et des voyageurs d'affaires, précise encore le journal paulista.
 
Exemple, à Brasilia. Si le trafic passagers a augmenté de 9,1% en juin 2014 par rapport au même mois de 2013, la croissance n’a plus représenté que 4,5% du 12 au 30. Dans les mois précédents le Mondial, le taux de croissance moyen avait été de 13%. A contrario, à l'aéroport de Guarulhos (San Paulo), aéroport principal d'entrée pour les étrangers au Brésil, le trafic des passagers a été stimulé par la Coupe du Monde : 11,5% initialement en juin et 14% pendant la coupe du Monde.
 
Les voyages d'affaires affectés par le Mondial
La compagnie aérienne TAM, qui fait partie du group Latam Airlines (fusion de LAN et TAM Airlines, compagnies chilienne et brésilienne), est le plus important acteur sur le marché aérien brésilien avec la GOL : respectivement 40% et 35% des parts de marché sur le réseau domestique en 2013. La TAM a révélé avoir transporté 5,2% de passagers en moins en juin 2014, par rapport à juin 2013. Avant l'ouverture du Mondial, le groupe avait prédit que l'événement ne lui serait pas favorable. Il réalise en effet une grosse partie de son chiffre avec les voyageurs d’affaires et la demande a été considérablement affectée dans ce domaine.
 
Aéroport de Congonhas, à San Paulo (décembe 2013), au Brésil. (VANESSA CARVALHO / BRESIL PHOTO PRESS)

Les voyages de quelque 600.000 touristes étrangers et de trois millions de Brésiliens durant la coupe du Monde ont nécessité par ailleurs la rénovation de deux aéroports dont le budget prévisionnel a été multiplié par plus de 1,5...  Au-delà de l’événement sportif, les aéroports brésiliens saturés sont en pleine modernisation, comme Fortaleza, Belo Horizonte et Manaus.
 
Dans un contexte de stimulation lié au développement de la classe moyenne, à la hausse de la consommation et au tourisme, le trafic a doublé depuis 2000. Selon le Journal de l’Aviation, il a été «multiplié par 2,4 sur le réseau domestique et enregistré une croissance de 87% sur le secteur international, principalement au profit des compagnies européennes et nord-américaines. Aujourd’hui, le pays représente à lui seul 35% du transport aérien de l’Amérique du Sud, ses trois principaux aéroports concentrant 40% du trafic long-courrier de la région.»
 
De quoi rassurer les compagnies aériennes sur l’évolution du secteur, maintenant que le Mondial est terminé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.