Cet article date de plus de trois ans.

Présidentielle au Brésil : dans les quartiers populaires, l'électorat de gauche est séduit par Jair Bolsonaro

Dimanche, les Brésiliens sont appelés aux urnes pour désigner leur nouveau président. Selon les derniers sondages, Jair Bolsonaro, le candidat d'extrême droite arrive en tête, devant Fernando Haddad du Parti des travailleurs.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les électeurs de gauche des quartiers populaires de Sao Paulo se disent maintenant prêts à voter pour Jair Bolsonaro, dimanche 28 octobre. (ANTONIO LACERDA / EFE)

Le vent a tourné dans les quartiers pauvres de l'est de Sao Paulo. Habituellement, les habitants votaient à gauche, souvent pour le Parti des travailleurs de Lula. Mais aujourd'hui, ils semblent demander plus de sécurité et un renforcement des valeurs morales. Les promesses de campagne du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro y trouvent donc un écho favorable, alors que dimanche 28 octobre les électeurs brésiliens doivent justement élire leur nouveau président au cours du second tour de l'élection présidentielle.

Des débats politiques passionnés

Wesley et Carlos passaient une très bonne matinée, en écoutant de la musique et en buvant une Skol, la bière brésilienne. Mais les choses ont changé dès qu'ils se sont mis à parler politique. "Lula a volé mais il est en prison, explique Wesley. Jair Bolsonaro, c’est un dictateur en puissance ! Il ne mérite pas d’être président. Nous les Noirs il ne nous aime pas, ni les homosexuels. Et pourtant tu le soutiens ?". 

Bolsonaro je le vois comme une soupape d’échappement, il va faire démarrer ce pays.

Carlos

à franceinfo

Pour Carlos, ce ne sont que des mensonges. "Ses interviews sont montées, les médias montrent ce qu’ils veulent. Il n’a rien contre les Noirs, il y en a dans son parti, pareil pour les homosexuels", raconte-t-il. Mais surtout, ce coiffeur et gérant de bar ne cache plus sa colère contre la gauche et le parti de Lula."Aujourd’hui mon chiffre d’affaires a baissé de 60%, détaille-t-il. Quand le Parti des travailleurs est arrivé au pouvoir, j’y ai cru comme tout le monde. Quelle déception ! Maintenant les gens sont fatigués. Il y a trop de chômage et pas d’avenir."

Le Parti de travailleurs n'inspire plus vraiment confiance

Deux rues plus loin, Roberto fait des selfies en imitant une arme avec sa main comme aime le faire son "champion" Jair Bolsonaro. "J’ai toujours voté pour le PT, concède-t-il. Lula, ce traître, je lui ai fait confiance ! Bolsonaro n’est pas corrompu lui." Alors dans le bureau de vote, sur la machine électronique, il composera le 17. "C’est son chiffre celui de la victoire. J’aime son style, il est cash. Il parle vrai. Je lui fais confiance."

Et je le dis haut et fort, je suis Noir et je vote Bolsonaro.

Roberto

à franceinfo

Sur le trottoir d’en face, Edna regarde distraitement une télénovelas en attendant son tour à la banque. "Moi aussi je vote Bolsonaro", clame-t-elle fièrement. Avant elle choisissait systématiquement les candidats du PT, mais aujourd'hui elle estime que le Brésil a besoin d'un homme "dur" face à l'insécurité. "Je crois en Dieu, je crois en lui, affirme-t-elle. Il fera quelque chose pour nous. Pas seulement dans mon quartier. Ton portable, tu ne peux pas l’utiliser normalement dans la rue, il faut toujours faire attention. La dernière fois on me l’a arraché. Puis un jour que je transportais de l’argent pour une société, quelqu’un a braqué une arme sur moi et a tout pris." 

Avec Bolsonaro "une nouvelle ère s’ouvre pour le Brésil" affirme sereinement Brenda, une jeune guide touristique. "Je n'ai pas voté pour lui au premier tour, mais maintenant c'est ce que je vais faire". À quelques mètres d’elle, la militante de Fernando Haddad qui parle de paix et d’amour semble loin. Très loin.   

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brésil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.