Brésil : les évangéliques, socle électoral de Jair Bolsonaro

En seulement un an, Jair Bolsonaro est passé de 4% d'intentions de vote à président du Brésil. Une victoire qu'il doit à la communauté des évangéliques.

Voir la vidéo

À 10 ans à peine, João Vitor Ota est l'enfant prêcheur le plus célèbre du Brésil et sur les réseaux sociaux, il affiche ouvertement sa préférence pour Jair Bolsonaro. "Ce que vous n'arrivez pas à accomplir, maintenant vous allez y arriver grâce à Jésus ! ", scande le petit garçon vêtu d'un costume. João Vitor Ota est devenu l'emblème de la puissante communauté des évangéliques. Des enfants prêcheurs comme lui il y en a des dizaines au Brésil. Il le sait, son influence durant la campagne présidentielle a été payante. "Quand je poste quelque chose de bien sur Bolsonaro, je pense que ça aide les gens à ouvrir leur esprit. Bolsonaro est contre les voleurs, contre l'avortement, tout ça ne devrait même pas exister!", s'insurge l'enfant.

70% des évangéliques ont voté pour Jair Bolsonaro

Il y a un an, Jair Bolsonaro n'était crédité que de 4% d'intentions de vote ; il est aujourd'hui président. Sans l'aide des électeurs évangéliques, jamais il n'y serait parvenu, car 70% d'entre eux ont voté pour lui. Ils partagent le même objectif : imposer une société autoritaire et ultraconservatrice. Cela fait des années que les grandes églises travaillent à la conquête du pouvoir. Silas Malafaia est le pasteur le plus influent du pays et aussi un ami très proche du président. Il s'est bâti un empire médiatique, mis au service de Jair Bolsonaro. Le magazine "Forbes" a estimé sa fortune a plus de 150 millions d'euros. Silas Malafaia fustige le féminisme, l'avortement et le mariage pour tous. Avec 64 000 homicides recensés en 2017, le Brésil est l'un des pays les plus violents au monde. Pour répondre à l'insécurité, Jair Bolsonaro a promis d'autoriser la possession d'armes à feu chez soi et de nommer plusieurs généraux comme ministres.

Le reportage de François Cardona, "Brésil, Dieu a voté !", a été diffusé dans "Envoyé spécial" le 8 novembre 2018.

Jair Bolsonaro, candidat de l\'extrême droite à la présidentielle d\'octobre au Brésil, le 5 septembre 2018 à Ceilândia. 
Jair Bolsonaro, candidat de l'extrême droite à la présidentielle d'octobre au Brésil, le 5 septembre 2018 à Ceilândia.  (DANIEL TEIXEIRA / ESTADAO CONTEUDO)