Cet article date de plus d'un an.

Brésil : des soutiens de l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro envahissent le Congrès

La zone avait été bouclée par les autorités mais les bolsonaristes, qui refusent d'accepter l'élection de Lula, sont parvenus à rompre les cordons de sécurité, dimanche.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des militants pro-Bolsonaro ont pris d'assaut plusieurs lieux de pouvoir à Brasilia (Brésil), dimanche 8 janvier. (SERGIO LIMA / AFP)

Une semaine après l'investiture du président de gauche Lula, un haut-lieu du pouvoir au Brésil est secoué par des heurts. Des soutiens de l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro ont envahi le Congrès, à Brasilia, dimanche 8 janvier, après des affrontements avec les forces de l'ordre.

>> Assaut à Brasilia : ce que l'on sait de l'invasion des lieux de pouvoir par des militants bolsonaristes

La zone autour du Congrès avait été bouclée par les autorités, mais les bolsonaristes qui refusent d'accepter l'élection de Lula sont parvenus à rompre les cordons de sécurité et plusieurs dizaines d'entre eux sont parvenus à monter sur la rampe de ce bâtiment à l'architecture moderne pour en occuper le toit. Ils sont ensuite entrés dans le bâtiment, saccageant le mobilier présent dans l'édifice, comme le montrent les images de CNN Brasil (en portugais).

"Absurde", juge le nouveau ministre de la Justice

Les images qui rappellent celle de l'invasion du Capitole aux Etats-Unis par des sympathisants de Donald Trump, montrent une véritable marée humaine affluer vers le Congrès. Celui-ci regroupe dans un même bâtiment la chambre des Députés et le Sénat.

"Cette tentative absurde d'imposer la volonté par la force ne prévaudra pas", a averti le nouveau ministre de la Justice Flavio Dino, sur Twitter."Il va y avoir des renforts, a-t-il prévenu. Les forces dont nous disposons sont à l'œuvre." Des images de médias brésiliens ont montré que des membres des forces de l'ordre se trouvaient autour du bâtiment et s'en approchaient.

Jair Bolsonaro, qui n'a jamais félicité Lula pour son élection et a boudé son investiture, a quitté le Brésil deux jours avant la fin de son mandat et se trouve en Floride, aux Etats-Unis. "L'extrême-droite tente un putsch en mode Trump contre le nouveau président de gauche Lula. Solidarité avec la démocratie brésilienne", a réagi Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. "Voilà ce qu’est l’extrême-droite partout dans le monde ! Au final toujours le refus de la démocratie ! Soutien total à Lula président ", a écrit sur le même réseau social Olivier Faure, actuel Premier secrétaire du PS.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.