Brésil : des centaines de manifestants pro-Bolsonaro brisent un cordon policier à Brasilia

Le président d'extrême droite a appelé ses soutiens à descendre dans la rue pour faire pression sur la Cour suprême, qui a ouvert plusieurs enquêtes contre lui.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président brésilien Jair Bolsonaro, à Brasilia (Brésil) le 10 novembre 2020. (EVARISTO SA / AFP)

La fête nationale brésilienne s'annonce tendue mardi 7 septembre. Des centaines de partisans du président brésilien Jair Bolsonaro sont passés outre un barrage policier pour s'engouffrer dans le centre de Brasilia dans la nuit de lundi à mardi, ont annoncé les forces de l'ordre à l'aube d'une journée de manifestations massives.

Dans des vidéos publiées sur les réseaux sociaux et reprises par des médias locaux, on peut voir une petite caravane de véhicules arrivant sur l'Esplanade des ministères, applaudie par des manifestants à pied qui agitent des drapeaux du Brésil. "On vient d'entrer ! La police n'a pas pu réfréner le peuple ! Et demain nous allons envahir le STF [la Cour suprême brésilienne] !", crie l'un d'eux.

Une fête nationale à haut risque

Jair Bolsonaro a demandé à ses partisans de manifester en masse pour envoyer un "ultimatum" aux juges de la Cour suprême qui ont ouvert plusieurs enquêtes contre lui et son entourage, entre autres pour diffusion de fausses informations. Le président d'extrême droite, que sa dégringolade dans les sondages pousse à remobiliser sa base, a promis que des foules "gigantesques" viendraient le soutenir.

De son côté, l'opposition, soucieuse de frustrer le chef de l'Etat, a également prévu de descendre dans la rue pour crier "Fora Bolsonaro !" ("Dehors Bolsonaro !") et répondre aux menaces que Jair Bolsonaro fait peser sur la démocratie brésilienne. Malgré d'importants dispositifs de sécurité, la fête nationale s'annonce donc à haut risque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brésil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.