Cet article date de plus de sept ans.

Boeing disparu : rentrée émouvante au lycée français de Pékin

Il manquait trois élèves au lycée français de Pékin, ce lundi matin, après deux semaines de vacances. Trois adolescents et la mère de deux d'entre eux font partie des 239 disparus du vol de Malaysia Airlines. Pour cette rentrée difficile et pleine d'interrogations, les classes ont été épaulées par une équipe de psychologues.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Maxppp)

Ce lundi, le programme de la
rentrée du lycée français de Pékin a été modifié pour permettre aux élèves de parler de l'absence de trois
de leurs camarades. Ils voyageaient à bord du Boeing 777 de Malaysia Airlines, porté disparu
depuis le 8 mars. L'émotion est vive d'autant que le mystère reste entier sur
le sort de l'appareil et de ses 239 passagers.

La communauté française de Pékin touchée

L'association des
familles du lycée a ouvert il y a quelques jours un espace de messagerie sur
son site internet
, où elle recueille les marques d'amitiés et de soutien. Ambre,
une collégienne de 14 ans, et son frère Hadrien âgé de 17 ans voyageaient avec
leur mère Laurence, vice-présidente de l'association des parents d'élèves du
lycée français de Pékin. Pour le retour de la Malaisie vers la Chine le 8 mars, la famille était accompagnée de Zaoh Yan, une amie des adolescents et scolarisée dans
le même établissement. C'est dire si la communauté française et franco-chinoise
a été choquée dès les premières informations sur la disparition du vol MH370.

Un lundi au lycée préparé et modifié

Le retour en classe
après deux semaines de vacances a été préparé dès la semaine dernière. Mardi 11 mars, malgré les vacances, une cellule d'écoute a été ouverte au lycée. Vendredi, une trentaine d'enseignants
ont pu échanger avec un psychologue, pour répondre au mieux aux interrogations des
enfants. Ce lundi matin, des professionnels dont une psychiatre venus de France, ont suivi et  accompagné cette rentrée douloureuse.

Les élèves doivent affronter la
disparition de trois camarades et d'une maman, tout en s'interrogeant sur ce
qui a pu se passer. Depuis le 8 mars, les médias ont parlé d'accident, d'explosion,
d'attentat, de terrorisme
 : aucune piste n'est pour le moment privilégiée.

Le proviseur du
lycée français de Pékin, Guillaume Mouette, a estimé nécessaire de s'attacher aux faits, sans laisser
l'imaginaire des enfants prendre le dessus.

Les élèves ont
besoin d'être écoutés, les parents aussi. Nathalie a accompagné à l'école lundi
matin ses deux enfants adolescents. Cette mère de famille est perturbée par
leur silence, d'autant que la disparition la touche, elle, particulièrement. Elle a vécu autrefois la perte d'un
camarade de classe.

Neuf jours après sa
disparition, le Boeing 777 de Malaysia Airlines reste introuvable, malgré l'engagement
de 25 pays pour les recherches. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.