Cet article date de plus de huit ans.

Boeing disparu : 30 jours après, des signaux émis des profondeurs

Avec des instruments sérieux, une piste sérieuse officielle... enfin. La percée qu'on n'espérait plus au 30ème jour des recherches. L'appareil de localisation américain baptisé Towed Pinger Locator (TPL), câblé et tracté par le navire australien Ocean Shield, a capté des signaux compatibles avec ceux des deux boites noires du vol MH 370.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Richard Polden Reuters)

Ces signaux ont été captés deux
fois en 24 heures. La première fois, pendant deux heures et 20 minutes, on a entendu une pulsation par seconde
sur la fréquence d'ultrasons réservée aux balises de boites noires.

Une deuxième
fois, pas au même endroit, et pendant 13 minutes, la sonde a capté deux signaux
de sources proches l'une de l'autre. Or, on sait qu'il y a deux boites noires à trouver, le Voice Cockpit Recorder et le Flight Data Recorder qui émettent chacune un signal.

►►► A LIRE AUSSI |  Boeing disparu : sur la piste des signaux détectés

Aucune certitude mais "des signaux compatibles avec ceux émis par les boîtes noires des avions " (Angus Houston)

Cet événement acoustique est  "clairement la piste la plus prometteuse ", vient d'annoncer le commandant
australien Angus Houston, chargé de coordonner les recherches. Restons cependant prudent, dit-il. On est en
train d'affiner pour qu'il n'y ait pas d'équivoque. 

Quoi qu'il en soit, c'est la première
fois que la sonde a capté deux sources de signaux en même temps. "Des signaux compatibles avec ceux émis par les boîtes noires des avions ", a déclaré Angus Houston, sans qu'on sache encore déterminer
l'endroit où elles pourraient reposer, si ce sont bien elles.

Ce qui va accélérer le mouvement, c'est qu'il
reste très peu de réserves dans les batteries de ces boites noires
. Il faut les
cibler vite avant qu'elles ne meurent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.