Birmanie : Aung San Suu Kyi visée par de nouvelles poursuites pénales

Le 25 mars, les autorités militaires ont entamé une nouvelle procédure, accusant l'ex-dirigeante d'avoir violé la loi sur les secrets d'Etat. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Aung San Suu Kyi à Naypyidaw (Birmanie), le 1er septembre 2020. (THET AUNG / POOL / AFP)

Chassée du pouvoir par la junte militaire en Birmanie, Aung San Suu Kyi est visée par de nouvelles poursuites pénales, a annoncé son avocat lundi 12 avril. "Elle est poursuivie dans six dossiers, cinq à Naypyidaw et l'un à Rangoun", selon une déclaration de Min Min Soe à l'AFP.

Déjà poursuivie pour avoir illégalement importé des talkie-walkies, l'ancienne cheffe du gouvernement, âgée de 75 ans, avait été inculpée une deuxième fois mi-février pour avoir violé la loi sur la gestion des catastrophes naturelles.

Détenue à Nayyidaw

Le 25 mars, les autorités ont entamé une nouvelle procédure, l'accusant d'avoir violé la loi sur les secrets d'Etat. La lauréate du prix Nobel de la paix 1991 est également poursuivie pour "incitation aux troubles publics".

Depuis le coup d'Etat militaire du 1er février, Aung San Suu Kyi est tenue au secret dans une résidence de Naypyidaw tandis que la Birmanie est secouée par des manifestations. Leur répression a fait 701 morts selon le décompte tenu par l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.