Cet article date de plus de huit ans.

Barack Obama veut des propositions concrètes sur les armes à feu d'ici janvier

Barack Obama a affiché mercredi sa détermination sur la question sensible de la réglementation des armes à feu et demandé des propositions concrètes d'ici le mois de janvier. Le président américain estime que les États-Unis ont "l'obligation" d'agir après la fusillade de Newtown. Le vice-président américain Joe Biden a été nommé à la tête d'un groupe de travail pour émettre des propositions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Yuri Gripas Reuters)

Barack Obama se veut de plus en plus clair. Après la tuerie de
Newtown de vendredi dernier dans une école primaire, où 26 personnes ont trouvé la mort
, le président américain estime
que les États-Unis ont "l'obligation " d'agir. En ligne de mire : le
port des armes dans le pays.

Depuis
le drame, près de 200.000 personnes ont signé une
pétition sur le site internet de la Maison-Blanche
pour demander un contrôle de
la circulation des armes.

Quatre jours après le massacre, Barack Obama annonçait qu'il
soutenait une proposition de loi visant à interdire les armes d'assaut sur le
territoire des Etats-Unis
. Un premier pas.

Joe Biden nommé pour des propositions concrètes en janvier

Le président américain veut des réponses et des propositions
concrètes rapidement. D'ici janvier. Il a annoncé avoir nommé son
vice-président Joe Biden à la tête d'un groupe de travail chargé de mettre en avant des recommandations d'ici le mois prochain.

"Le fait que ce problème est complexe ne peut plus être une
excuse pour ne rien faire. (...) C'est pourquoi j'ai demandé au vice-président
d'agir avec les membres du cabinet et plusieurs organisations pour dégager des
propositions concrètes d'ici janvier." (Barack Obama)

Le président démocrate s'était d'ailleurs montré assez timide la
question des armes durant son premier mandat.

Un tournant ?

La tâche s'annonce rude, nombre d'Américains restent attachés au deuxième
amendement de la Constitution qui leur garantit la liberté de posséder des
armes. Mais Barack Obama a bon espoir.

Le groupe de travail devrait en particulier examiner comment
réglementer la vente de fusils d'assaut et de chargeurs à forte capacité. Il
travaillera aussi sur des politiques relatives à la santé mentale et la
violence dans la culture populaire.

Les élus américains aussi bougent les lignes. La sénatrice
démocrate de Californie Dianne Feinstein a été la première à vouloir ré-imposer
au Congrès une loi visant à bannir ces armes d'assaut, une initiative que
Barack Obama "soutient activement ".

Cependant, les chances de passage de cette loi dépendent du
soutien que choisiront d'apporter les nombreux élus proches du puissant lobby
des armes, la NRA, au Congrès. Nombre de propositions de lois sur les armes ont
ainsi été enterrées en commissions ces dernières années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.