Cet article date de plus de sept ans.

Barack Obama écourte ses vacances pour s'attaquer au "mur budgétaire"

Le président des Etats-Unis, Barack Obama, écourte ses vacances en famille dans son Etat natal de Hawaï pour négocier à Washington avec les républicains un compromis permettant d'éviter aux Etats-Unis le "mur budgétaire", une cure d'austérité forcée début janvier. Timothy Geithner, le secrétaire au Trésor, a promis des "mesures exceptionnelles".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le président Obama
devait rejoindre jeudi Washington : mardi, la Maison Blanche annonçait
dans la soirée que le président des Etats-Unis écourtait ses vacances à Hawaï,
son Etat natal, qu'il devait quitter dans la soirée de mercredi. 

Pas d'accord trouvé sur
le plan de réduction du déficit

Objet du retour anticipé :
le "mur budgétaire ", une bombe à retardement appelée
outre-atlantique "fiscal cliff "
. Grosso modo,  le choc économique qui pourrait
menacer le pays si deux mesures entraient en vigueur : les coupes budgétaires
automatiques au sein de l'administration Obama et la fin des avantages fiscaux
de la présidence Bush. Une situation
liée au blocage politique à Washington entre l'administration démocrate et un
Congrès dominé par les républicains

En effet, malgré des
semaines de négociations, le président américain et ses adversaires
républicains au Congrès n'ont pas encore réussi à s'accorder sur un plan de
réduction du déficit, ouvrant la voie à des hausses d'impôts et des coupes automatiques
dans les dépenses fédérales dès le 1er janvier. 

Timothy Geithner promet des mesures "exceptionnelles "

Dans la foulée, le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, annonçait dans la soirée de mecredi que le plafond légal de la dette
publique aux Etats-Unis serait atteint lundi 31 décembre et que des "mesures
exceptionnelles
" seront prises pour éviter un défaut de paiement du pays. 

Selon le secrétaire au Trésor, ces mesures devraient,
"en temps normal ", donner deux mois de marge de manoeuvre au Trésor, mais
l'"incertitude " des négociations à venir empêche pour le moment de prédire leur "durée " de vie.

"C'est
quelque chose que nous pouvons résoudre, cela ne demandera pas tant d'efforts,
il nous faut juste faire le nécessaire"

Vendredi, Barack Obama avait appelé le Congrès à adopter un compromis budgétaire de portée plus
modeste que ceux évoqués ces dernières semaines. Notamment pour éviter
cette cure d'austérité forcée, dont certains économistes craignent qu'elle ne
provoque une rechute de la première économie mondiale dans la récession. "C'est
quelque chose que nous pouvons résoudre, cela ne demandera pas tant d'efforts,
il nous faut juste faire le nécessaire
", affirmait-il lors d'une
courte intervention à la Maison Blanche, au lendemain de l'échec d'un plan de
secours républicain à la Chambre des représentants censé empêcher le pays de
s'écraser contre le ... "mur ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.