VIDEO. Polémique après l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh

Les secours luttent toujours pour extraire des survivants piégés sous les décombres. Ce drame qui a fait au moins 200 morts relance la polémique sur la sécurité dans l'industrie textile fournissant des marques occidentales.

APTN / Reuters

Le bilan est encore provisoire et ne cesse de s'alourdir. L'effondrement d'un immeuble de la banlieue de Dacca, au Bangladesh, a fait au moins 200 morts et un millier de blessés, mercredi 24 avril. La plupart des victimes sont des femmes, parfois très jeunes. Les secours luttent toujours, jeudi 25 avril, pour extraire des survivants, piégés sous les décombres.

Le bâtiment de huit étages situé à Savar, à 30 km de Dacca, abritait des ateliers de confection et un centre commercial. Ce drame relance la polémique sur la sécurité dans l'industrie textile qui fournit des marques occidentales. Au Bangladesh, près de 3,6 millions d'ouvriers travaillent dans ce secteur, ce qui fait de ce pays le deuxième exportateur de vêtements au monde, derrière la Chine.

Selon le responsable de la police bangladaise, les propriétaires des ateliers n'auraient pas tenu compte d'un avertissement leur demandant d'interdire à leurs salariés l'accès au bâtiment après la détection des fissures. L'autorité de développement de la ville de Dacca a engagé des poursuites, jeudi, contre le propriétaire du bâtiment pour construction défectueuse. Elle a également porté plainte contre le propriétaire et cinq ateliers de confection pour homicide. 

Les secours luttent, le 24 avril 2013 dans la banlieue de Dacca (Bangladesh), pour extraire des survivants piégés sous les décombres d\'un immeuble effondré.
Les secours luttent, le 24 avril 2013 dans la banlieue de Dacca (Bangladesh), pour extraire des survivants piégés sous les décombres d'un immeuble effondré. (MUNIR UZ ZAMAN / AFP)