Avion disparu : les recherches toujours infructueuses

Les recherches ont repris en force au lever du jour ; une quarantaine de navires, et 34 appareils sont mobilisés, en vain. Si l'aviation vietnamienne avait repéré, dimanche soir, de possibles débris d'avion au large d'une île, les secours en mer n'ont rien trouvé. La piste d'un éventuel radeau de survie, retrouvé au large du sud du Vietnam, a fait long feu.

(Edgar Su Reuters)

Toujours rien. Le vol MH370 de Malaysia Airlines est toujours introuvable, 60 heures après sa disparition. Toutes les pistes explorées jusque là se sont révélées infructueuses : il y a d'abord eu des traînées de carburant, repérées en pleine mer samedi ; il y a ensuite eu des "possibles débris" aperçus hier. Et, ce lundi matin, c'est un éventuel radeau de survie qui est recherché. Sans résultat pour l'instant, à tel point que les autorités font désormais part publiquement de leur impuissance...

Dimanche soir pourtant, l'aviation vietnamienne avait repéré, au large de l'île de Tho Chu, située au sud du pays, deux objets - des débris de l'avion, estimait-elle. Fausse piste ? Selon le directeur de l'aviation civile malaisienne, qui faisait le point ce matin, "nous n'avons rien trouvé qui semble provenir de l'appareil, encore moins l'appareil lui-même" . Et Azharuddin Abdul Rahman de souligner : "Nous avons observé plusieurs objets mais aucun d'eux pour le moment n'a été confirmé comme provenant de l'appareil" .

Dernière fausse piste, ce radeau de survie, détecté sur zone. Les équipes héliportées n'ont trouvé qu'un bouchon de bobine de fil, recouvert de mousse...

Quant à cette traînée de carburant, repérée elle aussi non loin de l'île de Tho Chu, les analyses ont finalement montré qu'elle était sans rapport avec le Boeing.

Les recherches se poursuivent donc, de jour comme de nuit. Une quarantaine de navires, et 34 appareils, venant de plusieurs pays, sont mobilisés. L'Australie, la Chine, la Thaïlande, l'Indonésie, Singapour, le Vietnam, les Philippines et les Etats-Unis ont envoyé des équipes - il y a notamment des enquêteurs de l'Agence américaine de la sécurité dans les transports, la NTSB, et des conseillers techniques de Boeing.

Passagers suspects

Bref, le mystère reste entier. Toutes les hypothèses sont examinées. Terrorisme, tentait hier la Malaisie, qui disait avoir quatre noms suspects sur la liste des passagers - dont deux, qui auraient embarqué avec des passeports européens volés.

Azharuddin Abdul Rahman ajoute aujourd'hui cette information : cinq passagers, munis de billets, ont enregistré leurs bagages, mais ne se sont pas présentés à l'embarquement. Malaysia Airlines assure avoir isolé ces bagages, conformément à la procédure, dès que l'absence des passagers a été confirmée.