Au moins 54 morts après le naufrage d'un chalutier russe dans le Pacifique

Un navire de pêche russe a sombré mercredi soir en mer d’Okhotsk, dans l'océan Pacifique, au large de l’Extrême-Orient russe. Une soixantaine de marins a été secourue.

(Les opérations de secours continuent en mer d'Okhotsk après le naufrage d'un chalutier russe © maxPPP)

Selon le centre de coordination des secours russe chargé des opérations, 132 personnes se trouvaient à bord du chalutier-usine Dalnyi Vostok lors du naufrage. 54 personnes sont mortes et 15 sont portées disparues.

Le naufrage le plus meurtrier de ces dernières années

Les opérations de recherches et de secours se poursuivaient jeudi matin après le naufrage du chalutier russe la veille au soir dans les eaux glaciales de la mer d'Okhotsk, à 250 km au sud de la ville russe de Magadan. Les raisons de l’accident maritime ne sont pas encore connues, mais plusieurs hypothèses sont émises. L'agence Interfax a évoqué la possibilité d’un bloc de glace dérivant qu’aurait pu heurter le bateau. L'eau a alors envahi la salle des machines et le chalutier a coulé en un quart d'heure. Des moyens d'ampleur ont été déployés pour tenter de retrouver des survivants. 1.300 personnes y participent, 26 navires et un hélicoptère.

L'agence Tass, une autre agence de presse russe citée par Reuters a elle émis une autre hypothèse, celle d'un dépassement par l'équipage des capacités de chalutage du navire. L'équipage était composé de marins de plusieurs nationalités, du personnel de Russie, de Birmanie, d'Ukraine, de Lituanie et du Vanuatu.