Cet article date de plus de neuf ans.

Au moins 21 personnes ont été tuées et 141 autres blessées mercredi dans 3 attentats à Bombay, selon un dernier bilan

Les bombes ont explosé dans des quartiers fréquentés, dont deux situés dans le sud de Bombay.le Premier ministre Manmohan Singh a condamné les attentats, appelant la population de Bombay à "rester calme et à montrer un visage uni".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Tah Mahal Hotel de Bombay en flammes après un attentat, le 27 novembre 2008. (AFP / Indranil Mukherjee)

Les bombes ont explosé dans des quartiers fréquentés, dont deux situés dans le sud de Bombay.

le Premier ministre Manmohan Singh a condamné les attentats, appelant la population de Bombay à "rester calme et à montrer un visage uni".

Les deux plus fortes explosions, qui se sont produites à une heure d'affluence, ont frappé un marché de l'or et un quartier abritant des courtiers en diamants ainsi que des bijouteries dans le sud de la ville. Une troisième explosion a touché plus au nord une zone résidentielle de la classe moyenne.

Les bombes déclenchées par un minuteur, selon M. Chavan, ont explosé dans un intervalle de 15 minutes à partir de 18H50 locales (13H20 GMT).

"Il est clair que les auteurs voulaient toucher le plus de monde possible. De nombreuses personnes ont été blessées", a déclaré à des journalistes un ministre du gouvernement local, Chhagan Bhujbal.

Des témoins à l'extérieur du bâtiment abritant des courtiers dans le sud de Bombay ont déclaré qu'une voiture piégée avait explosé vers 18H45 (13H15 GMT), au moment où le quartier grouillait d'employés rentrant chez eux.

"Il y avait beaucoup de gens gravement blessés. Nous ne savons pas combien sont morts mais c'était une très grosse explosion", a déclaré à l'AFP Nimesh Mehta, 38 ans, qui tient un stand d'alimentation.

"C'était une attaque lâche", a témoigné Ravinder Singh, 48 ans. "C'était des innocents, pauvres comme riches".

Les précédentes attaques
En novembre 2008, Bombay avait été la cible d'un commando armé dont les membres, venus du Pakistan, avaient semé la terreur pendant trois jours, faisant au moins 166 morts. Un commando de dix hommes lourdement armés avait attaqué plusieurs lieux de Bombay, comme la gare ferroviaire, des hôtels de luxe et un café touristique.

L'Inde avait accusé le groupe Lashkar-e-Taïba basé au Pakistan d'avoir orchestré ces attentats, entraînant la suspension des difficiles discussions de paix bilatérales entre New Delhi et Islamabad.

Réactions
Le président américain, Barack Obama, a condamné ces "révoltants" attentats.

"Je condamne cet horrible acte de terreur. Les auteurs doivent être traduits en justice", a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle.

Nicolas Sarkozy a "condamné" mercredi "avec la plus grande fermeté la violence lâche et aveugle" des attentats, qualifiés d'actes "barbares" par le chef de la diplomatie française Alain Juppé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.