Cet article date de plus de douze ans.

Assad invite Obama en Syrie

Le président syrienn a invité son homologue américain à venir le rencontrer à Damas
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bachar Al-Assad, 13/07/2008 (© France 2)
Le président syrienn a invité son homologue américain à venir le rencontrer à DamasLe président syrienn a invité son homologue américain à venir le rencontrer à Damas

"Les Etats-Unis ont un rôle spécial en tant que principale puissance (mondiale). Je pense que le président Obama devrait visiter autant de pays qu'il peut pour engager ces dialogues. Et bien entendu, cela inclut la Syrie", a déclaré Bachar Al Assad à la chaîne britannique Sky News.

"Il serait le bienvenu en Syrie", a-t-il ajouté.

Quant à savoir quand cette rencontre pourrait avoir lieu, "cela dépend" de Barack Obama, a répondu Bachar Al Assad.

Cette invitation informelle intervient après plusieurs signes de réchauffement entre les Etats-Unis et la Syrie.

Le 24 juin, Washington avait annoncé sa décision d'envoyer à nouveau un ambassadeur à Damas. La Maison blanche avait rappelé son représentant en Syrie après l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005. Assassinat pour lequel le régime syrien avait été pointé du doigt.

Le 14 juin, l'émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, s'est rendu le 14 juin à Damas pour y rencontrer Bachar Al Assad. Il a qualifié ses entretiens de "sérieux et productifs", rappelant que "l'objectif du président (Obama) a toujours été, depuis le début, une paix globale dans la région".

Il s'agit là d'un virage à 180° de la nouvelle administration américaine. Du temps de George W. Bush, la Syrie était décrite comme un "Etat voyou". L'équipe Obama voit dans ce pays une des clefs de la paix au Proche-Orient. Notamment parce qu'il est un proche allié de l'Iran, qui exerce une influence sur le Hamas palestinien et le Hezbollah iranien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.