Complément d'enquête, France 2

VIDEO. "Complément d'enquête" : Thaïlande, l'effrayant business de bébés.

Le drame de Gammy a révulsé le monde entier. Bébé trisomique, il est abandonné à sa mère porteuse à cause de son handicap. Ce drame met en lumière ce "business" des mères porteuses qui donne lieu à tous les excès. Nathalie Sapena et Antoine Morel se sont rendus en Thaïlande, pour Complément d'enquête, diffusé jeudi 30 octobre à 22h20. Extrait.

France2

La situation de Pattharamon Janbua, mère porteuse contrainte d'assumer la charge d'un enfant trisomique et malade, a relancé le débat sur la GPA (gestation pour autrui). C'est le feuilleton qui a embrasé l'été en Thaïlande et encore plus en Australie. La mère porteuse thaïlandaise assure que le couple australien, qui l'avait engagé pour avoir un enfant par GPA, a abandonné Gammy suite à son handicap. Les parents australiens démentent.

Que s'est-il réellement passé à la naissance de Gammy? Pattharamon Janbua, une jeune femme de 21 ans, donne naissance à des jumeaux, Gammy et sa soeur, après avoir reçu l'équivalent de 11 000 euros d'un couple australien. Celui-ci est venu chercher la soeur mais lui aurait laissé Gammy, qui souffre de trisomie et d'un grave problème cardiaque. De leur côté, les Australiens démentent tout abandon. Le père déclare même ne pas avoir été informé de l'existence du petit garçon. 

En Thaïlande, la maternité de substitution, du fait du cadre légale particulièrement flou, est devenu un commerce lucratif avec ses réseaux d'agents et ses grilles de tarifs. Pauvre et fortement endettée, la jeune thaïlandaise avait accepté de "porter" le bébé du couple pour payer l'école de ses enfants et rembourser ses dettes.

L'intense couverture médiatique de cette affaire a placé la Thaïlande sous le feu des projecteurs et ce que l'on a découvert est effrayant. Le pays compte 44 cliniques pour mères porteuses et le secteur, jusqu'à ce scandale, était en plein boom. Il enregistrait même une progression de 20% par an. Depuis cette histoire, les agences ont retiré précipitamment leurs publicités et ne répondent plus au téléphone.

Des perquisitions ont été lancées dans plusieurs cliniques et les autorités ont découvert de véritables "usines à bébés". Certaines étaient prises d'assaut par des couples chinois voulant avoir recours à la FIV pour sélectionner les embryons mâles et avoir un garçon.

La junte thaïlandaise, au pouvoir depuis mai, a décidé de durcir les dispositions concernant la maternité de substitution. Elle a annoncé que tous ceux qui prendraient l'enfant d'une mère thaïlandaise, même avec son consentement mais sans l'autorisation du gouvernement, seraient désormais passibles des lois punissant le trafic d'êtres humains. Cette nouvelle a pris à froid les centaines de couples infertiles étrangers en train d'effectuer des démarches pour trouver une mère porteuse en Thaïlande. Et le scandale de l'abandon de Gammy a ému le monde entier, qui désormais s'interroge sur les dérives de cette pratique. Le rejet de cet enfant handicapé a fait voler en éclats le mythe d'une GPA éthique.

 

(NICOLAS ASFOURI / AFP)