Au moins quatre Français tués par une avalanche dans l'Himalaya

Trois autres alpinistes français sont portés disparus. D'après le syndicat des guides de haute montagne, il y a très peu d'espoir de les retrouver vivants.

Les camps de base du Manaslu (Népal), le 8e plus haut sommet du monde.
Les camps de base du Manaslu (Népal), le 8e plus haut sommet du monde. (SAMIR THAPA/AP/SIPA)

MONDE - Une avalanche qui s'est produite dimanche 23 septembre sur le mont Manaslu, dans le nord du Népal, a fait au moins neuf morts, dont sept Français, dans un groupe d'une vingtaine de personnes, a déclaré le vice-président du Syndicat national des guides de haute montagne.

"Selon des informations du camp de base, il y a sept victimes françaises, dont trois guides de la région de Chamonix et quatre de leurs clients, a déclaré le vice-président du SNGM, Christian Trommsdorff. "Les corps de quatre Français ont été retrouvés, les trois autres étant toujours portés disparus", a-t-il dit, précisant que les recherches avaient été interrompues et qu'il restait très peu d'espoir de les retrouver vivants. Certaines des victimes françaises étaient originaires de la vallée de Chamonix (Haute-Savoie).


Anne-Charlotte Hinet, Benoît Gadrey / France 2

Au moins 25 alpinistes ont été pris dans l'avalanche. "Pour le moment, 13 personnes ont été récupérées vivantes, dont cinq envoyées par avion vers Katmandou pour être soignées", a-t-il précisé. Huit rescapés sont toujours au camp de base, en raison de la mauvaise visibilité et des conditions météo qui empêchent les hélicoptères de voler.

La catastrophe est survenue à 4h30 (heure locale), alors que les alpinistes préparaient le petit-déjeuner pour terminer l'ascension du 8e plus haut sommet du monde. Selon un responsable du ministère de l'Intérieur népalais, "l'avalanche a frappé le camp de base numéro trois sur le sommet du Manaslu situé à 7 000 mètres, provoquant un torrent de neige". Des hélicoptères ont été dépêchés sur place pour localiser les disparus.