Thaïlande : une femme tuée et 19 personnes blessées lors d'une attaque à la bombe

Deux bombes ont explosé dans la station balnéaire de Hua Hin, située dans la Province de Prachuap Khiri Khan le 11 août. Selon la police locale, une femme a été tuée et 16 personnes ont été blessées.

Hua Hin est une station balnéaire prisée des touristes étrangers, mais aussi des Thaïlandais. Ils étaient nombreux à être partis, jeudi 11 août, dans les stations balnéaires, en ce début de long-week férié, avec vendredi l\'anniversaire de la reine de Thaïlande.
Hua Hin est une station balnéaire prisée des touristes étrangers, mais aussi des Thaïlandais. Ils étaient nombreux à être partis, jeudi 11 août, dans les stations balnéaires, en ce début de long-week férié, avec vendredi l'anniversaire de la reine de Thaïlande. (AP/SIPA / AP)

Deux explosions ont causé la mort d'une femme et de 19 personnes dans la station balnéaire de Hua Hin, située au sud de Bangkok (Thaïlande), au bord de la baie de Siam, jeudi 11 août. 

La première bombe a explosé près d'un bar dans les environs de 22 heures 20, tuant une femme thaïlandaise, et blessant 19 personnes, dont des touristes étrangers. Les victimes sont soignées à l'hôpital local. La seconde attaque a eu lieu à une cinquantaine de mètre de la première, sans causer de blessés. Pour le moment, les motifs et l'identités des auteurs de ces attaques sont encore inconnues. 

Les engins explosifs étaient dissimulés dans des pots de plantes et ont été actionnés à distance à l'aide de téléphones portables, à intervalle de 30 minutes, selon la BBC.

Une explosion dans la province de Trang

Plus tôt dans la journée, une bombe avait également explosé sur un marché dans la province de Trang, blessant six personnes. Rien n'indique pour le moment que les deux attaques soient liées. Selon la BBC, si les explosions sont fréquentes dans les trois provinces du sud de la Thaïlande qui connaissent des mouvements insurrectionnels. Les sites touristiques sont rarement la cible d'attentats.

Le 7 août, les Thaïlandais, lors d'un référundum, ont voté en faveur d'une nouvelle constitution. Le texte controversé, proposé par la junte militaire au pouvoir, garantit à celle-ci la main-mise sur le Sénat.