Cet article date de plus de neuf ans.

La chanteuse Anggun implore le président indonésien de gracier Serge Atlaoui

"La fille de Java que je suis vous implore d'accorder à Serge Atlaoui une grâce présidentielle", écrit la chanteuse indonésienne, dans un courrier publié mercredi 22 avril.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La chanteuse Anggun prend la pose lors du Midem de Cannes (Alpes-Maritimes), le 29 janvier 2012. ( ERIC GAILLARD / REUTERS)

La chanteuse indonésienne Anggun a écrit une lettre au président de l'Indonésie, mercredi 22 avril, pour lui implorer de gracier le Français Serge Atlaoui, condamné à mort à Jakarta pour trafic de drogue.

"Je sais à quel point les Indonésiens sont sensibles aux ravages de la drogue dans le pays et la région, et je ne peux que m'associer à leur légitime indignation à ce sujet", écrit la chanteuse au président Joko Widodo, dans un document relayé sur son compte Facebook. "Mais je suis également convaincue que la peine de mort n'est en aucune façon une solution pour faire baisser la criminalité ou nous protéger des maux qui rongent notre société."

"Je fais appel [à vos] valeurs d'humanisme"

"En Europe, l'Indonésie est dorénavant associée à un pays qui condamne des hommes à la mort", écrit encore Anggun, en indonésien. "Mon cœur saigne à l'idée que c'est cette image qui est ainsi envoyée au monde alors que l'Indonésie est un pays tellement ouvert, tolérant et fraternel (...). Je fais appel aux valeurs d'humanisme qui jalonnent votre combat personnel et la fille de Java que je suis vous implore d'accorder à Serge Atlaoui une grâce présidentielle."

Accusé de trafic de drogue, Serge Atlaoui, 51 ans, originaire de la région de Metz, est incarcéré depuis dix ans en Indonésie, mais a toujours clamé son innocence. Il risque d'être fusillé dans les prochaines semaines. Mercredi, le président François Hollande a lancé "un appel" à l'Indonésie pour qu'il ne soit pas exécuté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.