L'Indonésie a donné l'ordre de préparer des exécutions dont celle du Français Serge Atlaoui

Cet artisan soudeur originaire de l'est de la France a été condamné pour trafic de drogue par la justice indonésienne.

Le Français Serge Atlaoui escorté par la police indonésienne, à Jakarta, la capitale, le 11 mars 2015.
Le Français Serge Atlaoui escorté par la police indonésienne, à Jakarta, la capitale, le 11 mars 2015. (ROMEO GACAD / AFP)

L'Indonésie a annoncé, jeudi 23 avril, avoir donné l'ordre de préparer plusieurs exécutions dont celle du Français Serge Atlaoui, condamné pour trafic de drogue. "L'ordre a été donné de lancer les préparatifs", a déclaré le porte-parole du bureau du procureur général. Aucune date n'a cependant été fixée pour les exécutions.

Originaire de Metz, cet artisan soudeur est incarcéré depuis dix ans dans ce pays. Le 21 avril, son ultime recours a été rejeté par la Cour suprême. Ce père de quatre enfants risque d'être fusillé, en même temps que d'autres étrangers également condamnés à mort pour des faits similaires. Les dix condamnés, originaires d'Australie, France, Brésil, Philippines, Nigeria, Ghana et Indonésie, seront alignés ensemble devant un peloton d'exécution.

Fabius pointe "de graves dysfonctionnements de la justice indonésienne"

Dans une lettre adressée à son homologue indonésienne, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a dénoncé le fait que, selon lui, Serge Atlaoui n'a "pas bénéficié du plein exercice de ses droits", "du fait de graves dysfonctionnements de la justice indonésienne".

Cette exécution "serait dommageable pour l'Indonésie, dommageable pour les relations que nous voulons avoir avec elle", a déclaré mercredi François Hollande, rappelant son opposition à la peine de mort, abolie en France en 1981.