Cet article date de plus de deux ans.

Tsunami : l'Indonésie compte ses morts

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Tsunami : l'Indonésie compte ses morts
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le bilan des victimes du tsunami qui a touché l'île de Célèbes, en Indonésie, vendredi 28 septembre, s'alourdit d'heure en heure. Les autorités annoncent le nombre de 400 morts et plusieurs centaines de blessés.

Des dizaines de cadavres enveloppés dans des housses mortuaires et alignés dans la cour de cet hôpital ou dans les rues. Au milieu, hagards, des survivants qui découvrent depuis ce matin, samedi 29 septembre, l'ampleur de la catastrophe. Certains recherchent leurs proches, tentent d'identifier les victimes. D'autres s'improvisent sauveteurs en attendant l'arrivée des secouristes professionnels, mais la plupart du temps, ce ne sont que des corps sans vie qui sont extraits des décombres, parfois ceux d'enfant.

Les recherches compliquées par des répliques sismiques

À Palu, la capitale de l'île des Célèbes, des dizaines de bâtiments se sont d'abord effondrés sous l'effet du séisme, comme cet hôtel Mercure. Que sont devenus les clients et le personnel ? Le groupe français tente de faire le point, mais les communications sont encore coupées avec la région et tout bilan est encore impossible. Le séisme et le tsunami ont ravagé des quartiers entiers. Selon les derniers témoignages, la vague a atteint 6 m par endroits, balayant les habitations dans un rayon qui reste encore à définir précisément. Toutes les zones sinistrées n'ont pas encore été identifiées. Les nouvelles répliques qui ont encore secoué la zone aujourd'hui compliquent les recherches. Près de 400 victimes et 500 blessés. Le bilan devrait encore s'alourdir. Palu accueillait son plus grand festival traditionnel de l'année, avec des centaines de spectateurs. Ont-ils réussi à se mettre à l'abri ? Les autorités indonésiennes n'ont pas la réponse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tsunami en Indonésie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.