Tsunami : des centaines de morts en Indonésie

Au lendemain d'un puissant séisme suivi d'un tsunami vendredi 28 septembre, le bilan provisoire en Indonésie fait état d'au moins 400 morts. Sur place, les secours s'activent pour dégager d'éventuels survivants coincés dans les décombres.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des dizaines de cadavres enveloppés dans des housses mortuaires, et au milieu, hagards, des survivants qui découvrent peu à peu l'ampleur de la catastrophe survenue sur l'île de Célèbes, en Indonésie, vendredi 28 septembre. Certains cherchent leurs proches, tentent d'identifier les victimes. D'autres s'improvisent sauveteurs en attendant l'arrivée des secouristes professionnels, mais la plupart du temps, ce ne sont que des corps sans vie qui sont extraits des décombres, parfois ceux d'enfants. Dans le regard cet homme, toute l'impuissance de la population.

L'hôpital de Palu partiellement détruit

À Palu, la capitale de l'île de Célèbes, des dizaines de bâtiments se sont effondrés sous l'effet du séisme, dont un centre commercial et un pont. Des quartiers entiers ont ensuite été submergés par le tsunami. La vague a atteint 3 m par endroits. Elle a balayé les habitations dans un rayon qui reste encore à définir précisément. Toutes les zones sinistrées n'ont pas encore été identifiées. Plusieurs centaines de personnes sont mortes et les blessés sont soignés à l'extérieur de l'hôpital, partiellement détruit lui aussi. Les personnels soignants sont débordés. La région attend l'arrivée de renforts et de matériel d'urgence. Les premières équipes sont en route.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les hôpitaux étant dépassés par l\'afflux de victimes, beaucoup de patients sont soignés à l\'extérieur des établissements, comme ici à Palu, sur l\'île de Célèbes (Indonésie).
Les hôpitaux étant dépassés par l'afflux de victimes, beaucoup de patients sont soignés à l'extérieur des établissements, comme ici à Palu, sur l'île de Célèbes (Indonésie). (MUHAMMAD RIFKI / AFP)