Indonésie : une éruption volcanique provoque un tsunami meurtrier sur une petite île du détroit de la Sonde

Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la pleine Lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra.

Le long de la plage de Carita, en Indonésie, maisons et voitures ont été emportées par la vague du tsunami, dimanche 23 décembre.
Le long de la plage de Carita, en Indonésie, maisons et voitures ont été emportées par la vague du tsunami, dimanche 23 décembre. (SEMI / AFP)

Le bilan risque encore de s'alourdir. Au moins 222 personnes ont été tuées et 745 blessées lorsqu'un tsunami a déferlé, samedi 22 décembre au soir, sur les rives du détroit indonésien de la Sonde. Cette vague a été provoquée par une l'éruption d'un volcan de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra. L'arrivée de cette vague a semé la panique parmi les touristes et les habitants.

>> DIRECT. Suivez la situation en Indonésie après le tsunami

Des centaines de bâtiments ont été rasés par les flots, notamment sur les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de l'île de Java.

La vague a surgi vers 21h30 après l'éruption du volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, l'Anak Krakatoa, selon Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes. 

Sur des images de la télévision, on voit que la vague a traîné sur la plage de Carita, site touristique populaire de la côte ouest de Java, un amoncellement de détritus divers, entre plaques de toitures en ferraille ou encore des morceaux de bois. Des arbres ont également été déracinés, tandis que le sol est jonché de débris.

Erreur de prévention des autorités 

Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la pleine Lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption. "La combinaison [des deux facteurs] a causé un tsunami soudain qui a frappé les côtes", a expliqué M. Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes, ajoutant que l'agence géologique indonésienne menait une enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement.

Les autorités indonésiennes avaient dans un premier temps déclaré que la vague n'était pas un tsunami, mais une marée montante et avait appelé la population à ne pas paniquer. "C'était une erreur, nous sommes désolés", a écrit par la suite M. Nugroho sur Twitter.

Selon le Centre de la volcanologie indonésien et de la gestion des risques géologiques, l'Anak Krakatoa montrait des signes d'activité renforcée depuis une semaine. Une éruption survenue peu avant 16 heures a duré environ 13 minutes, envoyant à des centaines de mètres dans le ciel un épais panache de cendres.

L'Anak est une petite île volcanique, qui a émergé des eaux un demi-siècle après l'éruption meurtrière du Krakatoa de 1883. C'est l'un des 127 volcans actifs d'Indonésie.