Cet article date de plus de trois ans.

Indonésie : pourquoi des sauveteurs français n'ont pas pu accéder aux zones sinistrées ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Séisme et tsunami en Indonésie : pourquoi des sauveteurs français n'ont pas pu accéder aux zones sinistrées ?
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Plusieurs sauveteurs français venus aider l'Indonésie après les séismes de l'île de Célèbes se sont vus refuser l'accès aux zones sinistrées. Face au grand nombre d'ONG présentes sur place, les autorités ont tenu à garder le contrôle et à veiller à la bonne organisation des opérations.

C'était le 3 octobre 2018. Dans les Côtes-d'Armor, une équipe de sauveteurs s'apprêtait à s'envoler pour l'Indonésie avec du matériel médical alors que l'île de Célèbes venait tout juste d'être frappée par un violent séisme suivi d'un tsunami. Les disparus se comptent par milliers. Mais, une fois arrivés sur place, ces sauveteurs français n'ont jamais pu accéder aux décombres.

Éviter une mauvaise organisation des secours

À Palu, d'autres pompiers français ont pu accéder aux endroits sinistrés. Ils font partie de l'Urgence internationale, l'une des rares ONG autorisées à s'y rendre. Dans les décombres se trouvent 40 personnes ensevelies, mais il est impossible d'intervenir sans le feu vert des Indonésiens. Cela s'explique, selon Rony Brauman, ancien directeur de Médecins sans frontières, par le nombre et l'organisation des ONG étrangères déployées sur le terrain dans ce genre de situations. Il s'agit parfois d'éviter d'encombrer les autorités à défaut de les assister. Presque toutes les ONG françaises présentes sont sur le point d'être rapatriées alors que l'Indonésie a annoncé la fin des recherches des victimes disparues.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.