Indonésie, ONG dans le flou

Certaines ONG internationales qui interviennent après le séisme et le tsunami se disent interdites d'accès aux zones sinistrées. Plusieurs d'entre elles sont même priées de quitter l'île de Célèbès.

France 24

Fernando Alban homme s'est suicidé... Voici la version des autorités vénézuéliennes concernant la mort de cet opposant. Il était parmi la trentaine de personnes emprisonnée dans le cadre de l'affaire de l'attaque présumée aux drones explosifs contre Nicolas Maduro début août. Lundi, il a chuté du dixième étage du siège des services de renseignements vénézuéliens.

L'avocat de la famille Alban, Joel Garcia, réclame de nouvelles investigations :

"Nous demandons, entre autre, une exhumation du corps afin qu'une nouvelle contre-expertise soit pratiquée".

Le chef de l'opposition vénézuélienne, Henrique Caprilès, dénonce un assassinat et accuse le gouvernement :

"Voyez où nous en sommes: nous pleurons un collègue qui a été jeté du dixième étage du bâtiment de la police politique et le gouvernement prétend que c'était un suicide."

Selon l'ONG Foro Penal, 236 "prisonniers politiques" sont derrière les barreaux au Venezuela.

Certaines ONG internationales qui interviennent après le séisme et le tsunami se disent interdites d\'accès aux zones sinistrées. Plusieurs d\'entre elles sont même priées de quitter l\'île de Célèbès.
Certaines ONG internationales qui interviennent après le séisme et le tsunami se disent interdites d'accès aux zones sinistrées. Plusieurs d'entre elles sont même priées de quitter l'île de Célèbès. (France 24)