Séisme au Népal : six Français probablement morts dans la région de Langtang

Ils faisaient partie d'un groupe de randonneurs en vacances dans la région.

Les six Français faisaient un trek dans le parc national du Langtang (Népal).
Les six Français faisaient un trek dans le parc national du Langtang (Népal). (JOCHEN SCHLENKER / ROBERT HARDING PREMIUM / AFP)

On était sans nouvelle d'eux depuis le séisme au Népal. Six randonneurs Français ont probablement trouvé la mort dans la région du parc national de Langtang. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, a annoncé dimanche 3 mai que six nouveaux Français étaient "présumés disparus" sur Twitter, avant de confirmer à francetv info qu'il s'agissait du groupe de Langtang.

Après cette annonce, le bilan est de 3 morts et 7 présumés disparus. Le Quai d'Orsay est toujours sans nouvelle de 79 Français. "Les opérations pour extraire nos ressortissants coincés en montagne continuent en liaison avec les autorités népalaises", assure le porte-parole. Dimanche matin, 6 personnes ont été récupérées dans la région de Manaslu.

Les corps de six touristes étrangers retrouvés

Sur Twitter, le frère d'un des randonneurs du Langtang, qui avait multiplié les appels à l'aide ces derniers jours sur internet, leur rend hommage.

Selon un journaliste de France 2 présent au Népal, la maison dans laquelle ils se trouvaient a été emportée par un éboulement.

De leur côté, les autorités locales ont annoncé dimanche qu'une cinquantaine de corps dans le parc national avaient été retrouvés. Parmi ces corps figurent ceux de six touristes étrangers, dont la nationalité n'a pas été précisée. On ignore s'il s'agit des six Français présumés disparus. Une centaine de touristes étrangers restent portés disparus dans cette région d'accès compliqué, près de l'épicentre du tremblement de terre.

Selon les autorités népalaises, le bilan provisoire du tremblement de terre s'élève dimanche matin à 7 040 morts et 14 120 blessés. Pour le ministre des Finances, le bilan final de cette catastrophe "sera beaucoup plus élevé".