Rohingyas : les femmes victimes de trafic

Les Rohingyas sont plus de 700 000 hommes, femmes, enfants qui ont fui ces derniers mois la Birmanie et qui vivent aujourd'hui dans des camps de réfugiés au Bangladesh. Au-delà des conditions précaires, il faut ajouter la menace du trafic d'êtres humains.

France 2

700 000 Rohingyas, ce peuple musulman chassé de Birmanie, sont tassés dans des abris de fortune. Parmi eux, 80% sont des femmes et des enfants qui font face à une nouvelle menace : le trafic d'êtres humains. Shukotara a 15 ans. Récemment, la jeune fille est passée entre les mains de trafiquants alors qu'elle s'aventurait hors du camp. "Nous sommes allés à l'hôpital puis ma mère voulait faire des courses. Je suis restée seule et un chauffeur m'a appelée. Il m'a dit qu'il me déposerait chez moi. Après quelques temps, il m'a forcé à monter dans un grand bus", raconte-t-elle.

Un trafic au cœur même des camps de réfugiés

Pendant une journée et un nuit, ils font route vers la frontière indienne. La jeune fille sera violée à plusieurs reprises. Au petit matin, elle profite d'un moment de répit et se sauve. Shukotara a pu entrer chez elle, retrouver le camp de réfugiés. Mais dans la plupart des cas, les victimes sont enrôlées de force dans des réseaux de prostitution partout en Asie. Selon l'ONU, des milliers de Rohingyas seraient déjà victimes de ce trafic, au cœur même des camps de réfugiés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des réfugiés rohingyas dans l\'Etat de Rakhine, le 25 avril 2018.
Des réfugiés rohingyas dans l'Etat de Rakhine, le 25 avril 2018. (YE AUNG THU / AFP)