Rohingyas : le combat de la jeune Rahima Akter pour étudier

Franceinfo s'est rendue au camp de Balukhali au Bangladesh et a rencontré Rahima Akter, 19 ans. Cette jeune femme a dû se battre pour aller à l'école.

Voir la vidéo
Franceinfo

Rahima Akter a 19 ans. Son surnom est Khushi. Cela signifie bonheur en hindi. Son bonheur à elle justement, c'est d'apprendre. "J'ai dit à mes parents : 'S'il vous plaît, comprenez-moi. Je veux vraiment m'instruire. Je suis capable de le faire. Faites-moi confiance et laissez-moi aller à l'école'", explique-t-elle. Rahima Akter appartient à la communauté musulmane des Rohingyas, persécutés en Birmanie.

"Mes rêves n'ont pas de limite"

Comme elle, un million d'entre eux se sont réfugiés au Bangladesh. Pour aller seule au lycée, située à deux heures du camp Balukhali (Bangladesh), elle a dû d'abord convaincre son père. "Un jour, il m'a dit que je n'avais pas besoin d'aller à l'école et qu'il fallait que je me marie parce que c'est notre culture et que c'est comme ça. Alors, j'ai beaucoup pleuré", confie-t-elle. Rahima Akter a dû aussi vaincre les interdits. Elle est maintenant à l'université et voit déjà beaucoup plus loin. "Mes rêves n'ont pas de limite. Par exemple, je voudrais étudier les droits de l'homme et en particulier ceux des Rohingyas. [...] Peut-être qu'un jour je pourrai faire entendre ma voix", espère-t-elle.

Des réfugiés Rohyingas traversent la rivière Naf pour atteindre le Bangladesh, le 12 novembre 2017.
Des réfugiés Rohyingas traversent la rivière Naf pour atteindre le Bangladesh, le 12 novembre 2017. (MOHAMMAD PONIR HOSSAIN / REUTERS)