VIDEO. Pékin (encore) sous un épais nuage de pollution

Le niveau d'alerte à la pollution le plus élevé a été déclenché dans la capitale chinoise. Il est conseillé aux 22 millions d'habitants de la ville de rester chez eux, tandis que la circulation a été réduite.

REUTERS

Pékin noyé dans un brouillard de pollution. Le niveau d'alerte à la pollution le plus élevé a été décrété vendredi 16 décembre dans la capitale de la Chine, et ce pour cinq jours. C'est l'organisme chargé de la protection de l'environnement qui a prononcé cette mise en garde.

Les 22 millions d'habitants de la capitale ont reçu la consigne de rester chez eux, tandis que la circulation a été réduite. Puis, samedi, la municipalité de Pékin a ordonné à 1 200 usines situées près de la mégapole chinoise de réduire ou d'arrêter totalement leur production.

A la limite de niveaux dangereux pour la santé

Samedi, l'indice a été d'abord mesuré à 120 à Pékin. Il était de 297 samedi après-midi alors que le brouillard commençait à envelopper la capitale, indique le Centre municipal d'observation de l'environnement. Des niveaux compris entre 301 et 500 sont considérés comme dangereux pour la santé.

Les avis d'alerte rouge sont émis lorsque l'indice de qualité de l'air, baromètre de la pollution atmosphérique, est susceptible de demeurer au dessus de 200 plus de quatre jours consécutifs, de dépasser 300 pendant plus de deux jours ou 500 au moins 24 heures.

Pékin n'est pas la seule ville chinoise concernée : plus de 40 villes du pays ont émis des alertes à la pollution, dont 22 au niveau rouge. C'est le cas de la ville de Tangshan, spécialisée dans la sidérurgie. Elle est située dans la province du Hebei, près de Pékin.

Pékin (Chine) sous le brouillard de pollution le 17 décembre 2016.
Pékin (Chine) sous le brouillard de pollution le 17 décembre 2016. (LYU SHUAI / XINHUA / AFP)