Pollution : Pékin arrête ses usines

La ville de Pékin a décidé de suspendre plusieurs gros chantiers pendant 4 mois en raison de la pollution.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

À Pékin, depuis ce mercredi 15 novembre au matin, c'est la trêve hivernale. Les constructions d'immeuble sont à l'arrêt, les cheminées d'usines ne crachent plus de fumée, et les chantiers d'autoroute sont au point mort. Tous les ouvriers rentrent chez eux. La guerre contre la pollution est cette année bien déclarée. Car Pékin, l'hiver, ressemble souvent à ça : une ville enveloppée d'un smog nocif où l'on ne voit rien, où la concentration de particules fines rend l'air irrespirable.

Les usines de charbon au ralenti tout l'hiver

Alors les autorités ont pris des mesures drastiques : "À partir du 15 novembre, sur l'ensemble de la ville de Pékin, tout type de construction ou chantier devra être arrêté jusqu'au 15 mars." Une mesure qui vaut aussi pour toutes les usines polluantes autour de la capitale. Dans la région du Hebei (Nord-Est), poumon industriel de la Chine, les usines de charbon et les aciéries d'État tourneront au ralenti tout l'hiver ou ont déjà purement et simplement fermé. Peu importe les conséquences économiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'emblématique place Tiananmen, à Pékin, le 20 décembre 2016, est recouverte par un épais \"smog\" de pollution. La capitale chinoise est en alerte rouge depuis le 16 décembre.
L'emblématique place Tiananmen, à Pékin, le 20 décembre 2016, est recouverte par un épais "smog" de pollution. La capitale chinoise est en alerte rouge depuis le 16 décembre. (JUN YASUKAWA / YOMIURI)