La police russe achète de faux gilets pare-balles chinois

Le fournisseur russe du ministère de l'Intérieur n'a pas tenu sa promesse de produire ces équipements dans le pays.

Des policiers russes à Moscou, le 31 décembre 2012. 
Des policiers russes à Moscou, le 31 décembre 2012.  (ALEXANDER ZEMLIANICHENKO / AP / SIPA)

Le ministère russe de l'Intérieur s'est fait escroquer par une société russe peu patriote. Il a indiqué, mercredi 20 mars, avoir rompu un contrat de plus de 500 millions de roubles (12,5 millions d'euros) avec l'entreprise Zashchita. Cette dernière a tenté de lui livrer de faux gilets pare-balles et des casques fabriqués en Chine.

En effet, alors qu'elle s'était engagée à livrer des équipements de sécurité produits sur le territoire national, lors de la signature du contrat en juin 2012, la société Zashchita ("protection" en russe) les a achetés en Chine. A la livraison, le ministère de l'Intérieur a découvert que les casques étaient en réalité destinés à être utilisés par des ouvriers dans l'industrie sidérurgique et que leur documentation avait été falsifiée.

Des tests ont également prouvé que les casques et les gilets pare-balles ne protégeaient pas des balles, ajoute le ministère. L'entreprise devra payer à l'Etat une amende de 58 millions de roubles.