LA PHOTO. Chine: début du Naadam d’hiver en Mongolie intérieure

Le festival Naadam (jeux, réjouissances en langue mongole) a lieu chaque année en juillet, mais depuis 2008, il se déroule aussi en hiver à Hulunbuir, au nord-est de la région autonome chinoise de Mongolie intérieure. Au programme des festivités, les célèbres courses de chevaux et de chameaux ainsi que des chants et danses traditionnels pour célébrer la vie nomade d'autrefois.

Pour les nombreux touristes, ces festivités sont l’occasion de découvrir la culture mongole sous toutes ses formes. Arts du spectacle, cuisine traditionnelle, artisanat, chants… sont au programme. Mais les moments les plus attendus sont les nombreuses compétitions sportives dont les principales sont le tir à l’arc, les courses de chevaux et de chameaux et la lutte. Ces sports reflètent la dure vie des nomades. Les sportifs habillés de traditionnels costumes mongols sont adulés par les foules. Chants et prières leurs sont adressés avant chaque compétition. Le Naadam se veut aussi un appel à respecter la nature et l’environnement. Mais depuis de nombreuses années, avec l’arrivée massive des touristes chinois, son image s’est ternie. Dorénavant, boutiques en tous genres et restaurants pullulent et l’authenticité des rituels s’effiloche, créant un folklore d’opérette. 
Pour les nombreux touristes, ces festivités sont l’occasion de découvrir la culture mongole sous toutes ses formes. Arts du spectacle, cuisine traditionnelle, artisanat, chants… sont au programme. Mais les moments les plus attendus sont les nombreuses compétitions sportives dont les principales sont le tir à l’arc, les courses de chevaux et de chameaux et la lutte. Ces sports reflètent la dure vie des nomades. Les sportifs habillés de traditionnels costumes mongols sont adulés par les foules. Chants et prières leurs sont adressés avant chaque compétition. Le Naadam se veut aussi un appel à respecter la nature et l’environnement. Mais depuis de nombreuses années, avec l’arrivée massive des touristes chinois, son image s’est ternie. Dorénavant, boutiques en tous genres et restaurants pullulent et l’authenticité des rituels s’effiloche, créant un folklore d’opérette.  (Han Leng/Xinhua//SIPA - Décembre 2016)
Le chameau de Bactriane est l’animal roi de Mongolie. Pour les nombreux touristes, ces festivités sont l’occasion de découvrir la culture mongole sous toutes ses formes. Arts du spectacle, cuisine traditionnelle, artisanat, chants… sont au programme. Mais les moments les plus attendus sont les nombreuses compétitions sportives dont les principales sont le tir à l’arc, les courses de chevaux et de chameaux et la lutte. Ces sports reflètent la dure vie des nomades. Les sportifs habillés de traditionnels costumes mongols sont adulés par les foules. Chants et prières leurs sont adressés avant chaque compétition. Le Naadam se veut aussi un appel à respecter la nature et l’environnement. Mais depuis de nombreuses années, avec l’arrivée massive des touristes chinois, son image s’est ternie. Dorénavant, boutiques en tous genres et restaurants pullulent et l’authenticité des rituels s’effiloche, créant un folklore d’opérette.