La Nouvelle-Zélande interdit la vente de maisons aux étrangers

Seuls les non-résidents sont concernés par cette interdiction adoptée par le Parlement, mercredi.

(DAVID GRAY / X00503)

Les propriétaires étrangers persona non grata en Nouvelle-Zélande. Le parlement néo-zélandais a voté l'interdiction d'achat de maisons par les étrangers, mercredi 15 août. Cette interdiction concerne les étrangers ne résidant pas dans le pays, mais ne s'applique pas aux Australiens et Singapouriens avec lesquels Wellington a passé un accord, précise la BBC (en anglais). Le projet de loi a été adopté par 63 voix contre 57.

Les étrangers n'habitant pas en Nouvelle-Zélande ne pourront plus acheter la plupart des logements existants dans le pays, mais pourront continuer à faire des investissements dans certains projets. Le ministre du Commerce et du Développement économique David Parker a décrit ce projet comme un "tournant significatif". "Nous pensons que la Nouvelle-Zélande ne devrait pas être rachetée par de riches investisseurs étrangers", a-t-il annoncé, cité par la BBC. "Qu'il s'agisse d'un magnifique domaine au bord d'un lac ou d'une maison modeste en banlieue, cette loi garantit que les investissements immobiliers restent en Nouvelle-Zélande et non sur le marché international."

Depuis plusieurs années, la Nouvelle-Zélande fait face à une crise du logement ayant rendu l'accès à la propriété difficile pour de nombreux Néo-Zélandais. Le prix de l'immobilier a augmenté de plus de 60% au cours de ces dix dernières années.