La France expulse deux diplomates azerbaïdjanais par "mesure de réciprocité", après le renvoi de deux représentants français par Bakou

L'Azerbaïdjan a accusé la France de "déstabiliser" le Caucase en apportant son aide à l'Arménie. Les deux pays d'Asie sont toujours en conflit autour de la région contestée du Haut-Karabakh.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un drapeau de l'Azerbaïdjan à Choucha, dans la région disputée du Haut-Karabakh, le 23 septembre 2023. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

La France a décidé d'expulser deux diplomates azerbaïdjanais, a annoncé le ministère des Affaires étrangères, mercredi 27 décembre. Une "mesure de réciprocité", après la décision de l'Azerbaïdjan de déclarer "persona non grata" deux diplomates français, mardi, sur fond de tensions avec l'Arménie.

Bakou avait accusé les diplomates français d'avoir mené des activités "incompatibles avec leur statut", sans plus de détails, ce que Paris "réfute catégoriquement". L'ambassadrice d'Azerbaïdjan en France a été convoquée au Quai d'Orsay mercredi "pour se voir communiquer ces éléments", a précisé la diplomatie française.

Ces derniers mois, l'Azerbaïdjan a reproché à la France de "déstabiliser" le Caucase en apportant son aide à l'Arménie, sa rivale, dont Paris est un soutien historique. L'Arménie et l'Azerbaïdjan entretiennent des relations conflictuelles, notamment à cause du Haut-Karabakh, territoire séparatiste dont Bakou a pris le contrôle en septembre.

La France, terre d'accueil d'une importante diaspora arménienne, s'est impliquée dans la médiation entre ces deux anciennes républiques soviétiques et a affiché son soutien sans faille à l'Arménie. Bakou et Erevan ont récemment annoncé leur volonté de normaliser leurs relations et assurent qu'un accord de paix pourrait être signé prochainement, mais les pourparlers n'avancent guère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.