L'éruption du volcan en Nouvelle-Zélande a fait 18 morts, selon un nouveau bilan

Les recherches n'ont pas permis de retrouver les corps des deux dernières personnes portées disparues. Et une victime a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Les recherches des corps des disparus se poursuivent le 13 décembre 2019, après l\'éruption du volcan de White Island, en Nouvelle-Zélande.
Les recherches des corps des disparus se poursuivent le 13 décembre 2019, après l'éruption du volcan de White Island, en Nouvelle-Zélande. (NEW ZEALAND DEFENCE FORCE / AFP)

Le bilan s'est encore alourdi, dimanche 15 décembre. Selon la police néo-zélandaise, l'éruption du volcan de White Island, dans le nord de la Nouvelle-Zélande, a fait 18 morts. Une victime australienne a succombé à ses blessures dans un hôpital de Sydney. Et les recherches, menées dimanche sur terre comme en mer, n'ont pas permis de retrouver les corps des deux dernières personnes portées disparues.

Les restes de six des personnes décédées avaient été récupérés vendredi lors d'une opération risquée par des soldats d'élite néo-zélandais. Le commissaire de police adjoint Mike Clement a indiqué que les dépouilles des deux derniers disparus se trouvaient probablement dans l'eau, et a assuré que la police n'abandonnait pas l'espoir de les retrouver. Vingt-six personnes sont toujours hospitalisées en Nouvelle-Zélande et en Australie, dont un grand nombre dans un état qualifié de "critique" par les médecins.

Le risque d'éruption existe toujours

Au total, 47 personnes se trouvaient sur l'île au moment de l'éruption. La plupart étaient des touristes venus d'Australie, des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Chine, d'Allemagne, de Malaisie et de Nouvelle-Zélande. Pourtant, le niveau d'alerte du volcan avait été relevé récemment. Cela pose la question de savoir pourquoi les visites touristiques demeuraient autorisées sur White Island.

Les scientifiques affirment que l'activité du volcan n'est plus aussi importante que lundi dernier, mais que le risque d'éruption demeure. La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a appelé à observer une minute de silence lundi en hommage aux victimes.