Deux bombardiers envoyés à La Réunion pour lutter contre l'incendie

Le ministère de l'Intérieur l'a annoncé ce soir. Il veut accélérer l'extinction du feu qui a parcouru depuis samedi 2 700 hectares.

Un pompier dans le Cirque de Mafate (île de La Réunion), le 31 octobre 2011.
Un pompier dans le Cirque de Mafate (île de La Réunion), le 31 octobre 2011. (RICHARD BOUHET / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les deux avions bombardiers d'eau Dash 8 du ministère de l'Intérieur vont être envoyés à La Réunion pour lutter contre l'incendie qui ravage le parc national, a annoncé le ministre Claude Guéant lundi 31 octobre. La surface détruite par le feu, d'une superficie de 2 700 hectares, ne s'étend plus, a affirmé dans la soirée le préfet de l'île, Michel Lalande.

Claude Guéant et la ministre chargée de l'Outre-Mer, Marie-Luce Penchard, "ont décidé d'envoyer les deux avions (...) afin d'accélérer l'extinction des feux et de commencer à traiter les secteurs difficiles à l'intérieur du périmètre incendie".

Requête des élus

Un peu plus tôt dans la journée de lundi, les élus du Parti communiste réunionnais (PCR) et du Parti socialiste (PS) avaient demandé le déploiement rapide de ces avions, "prévu par le plan départemental récemment adopté", selon eux. En 2010, un avion Dash avait permis de "maîtriser l'incendie" de forêt situé dans la même zone, ont rappelé la députée-maire communiste de Saint-Paul Huguette Bello et le sénateur PS Michel Vergoz. 

Outre ces deux élus, neuf autres maires et parlementaires réunionnais avaient demandé le renforcement des moyens aériens dans une lettre adressée à Nicolas Sarkozy. "Face à l'ampleur de ce sinistre, nous nous interrogeons plus que jamais sur le niveau du dispositif aérien déployé. Huit hélicoptères dont seulement quatre bombardiers d'eau opèrent actuellement sur la zone", écrivent les onze signataires, issus du PS, du PCR, du MoDem et de l'UMP.

La directrice du parc national de La Réunion, Marylène Hoarau, avait, elle, jugé le renfort aérien "indispensable". "Aujourd'hui les moyens humains sont très importants. Mais nous sommes sur des zones très difficiles à plus de 2 000 mètres d'altitude avec des points d'eau très éloignés", avait-elle expliqué sur France Inter.

Plus de 170 pompiers supplémentaires 

Quelques heures avant la décision d'envoyer les Dash 8, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait pourtant estimé que "l'essentiel de la lutte [devait] se faire au sol". Le préfet de La Réunion, Michel Lalande, avait lui aussi jugé que les bombardiers n'étaient "pas adaptés" à l'incendie, en s'appuyant sur son expérience lors de l'incendie de 2010 : "II a mis du temps à venir, il est tombé en panne et il n'a pu voler que le matin."

Des renforts doivent arriver mardi à La Réunion. Michel Lalande a annoncé lundi l'envoi de 171 pompiers de métropole. "Les prévisions météo sont optimistes pour cette nuit mais nous restons vigilants. (...) Des équipes vont être déployées sur le terrain pour une surveillance accrue de l'ensemble du secteur", a déclaré pour sa part le colonel des pompiers Paul Boucheron.

Depuis le début du sinistre, 400 pompiers spécialisés dans les feux de forêt ont été appelés. Ils doivent faire face à des flammes de 40 mètres de haut, comme le montrent ces images de France Télévisions.

Benoît Zagdoun - Reportage: RFO

Plus de 800 personnes, pompiers, militaires et agents de l'Office national des forêts, ont combattu les flammes ce lundi.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.