Guerre du Vietnam: l’agent orange, un héritage empoisonné

30 avril 2015 : 40e anniversaire de la fin du de la guerre du Vietnam. Pendant dix ans (1961-1971), les Etats-Unis ont déversé sur les campagnes de ce pays 80 millions de litres d’agent orange, un herbicide extrêmement toxique contenant près de 400 kilos de dioxine, produit par les entreprises Monsanto et Dow Chemical.

La mission des avions de l’US Air Force était de déloger des forêts les forces armées communistes du Front national de libération du Sud Vietnam (le Vietcong).
 
Selon l’association vietnamienne des victimes de l'agent orange/dioxine (VAVA), plus de 4,8 millions de personnes ont été exposées au défoliant et plus de 3 millions en subissent encore les conséquences.
 
A la façon d’un photographe judiciaire, Damir Sagolj a décidé de traverser le Vietnam du Nord au Sud pour aller à la rencontre de ces corps meurtris, de ces victimes de deuxième et troisième générations dont les cas augmentent avec la proximité des anciennes lignes de front.
 
L’idée de faire un reportage sur l’agent orange, sujet mille fois traité par les médias, a provoqué de nombreux étonnements chez ses confrères. Mais comme l’explique le photographe, l’important n’est pas le sujet mais comment il est raconté. Ses photographies parlent de l’ici et maintenant, montrent la tragédie qui frappe dans leur chair les adultes mais aussi leurs enfants : dérèglements hormonaux, déficiences immunitaires et reproductives, malformations congénitales, cancers, maladies du système nerveux…
 
VAVA, les responsables locaux et les membres des familles confirment que l’état de santé de personnes rencontrées par le photographe est lié à l’exposition des parents ou des grands-parents à l'agent orange. Un constat qu’ils ont mis des années à pouvoir faire.
 
Alors que de nombreuses coopérations ont lieu entre les diverses associations américaines et vietnamiennes pour aider les victimes de la plus longue guerre chimique de l'Histoire, les Etats-Unis refusent toujours de reconnaître leur responsabilité.
 
15 photos de Damir Sagolj prises en avril 2015 illustrent ce propos.
115
REUTERS/Damir Sagolj
215
REUTERS/Damir Sagolj
315
REUTERS/Damir Sagolj
415
REUTERS/Damir Sagolj
515
REUTERS/Damir Sagolj
615
REUTERS/Damir Sagolj
715
REUTERS/Damir Sagolj
815
REUTERS/Damir Sagolj
915
REUTERS/Damir Sagolj
1015
REUTERS/Damir Sagolj
1115
REUTERS/Damir Sagolj
1215
REUTERS/Damir Sagolj
1315
REUTERS/Damir Sagolj
1415
REUTERS/Damir Sagolj
1515
REUTERS/Damir Sagolj