Crise des sous-marins : colère française après la fuite d'un SMS d'Emmanuel Macron adressé au Premier ministre australien, Scott Morrison

L'entourage du président français a dénoncé des "méthodes inacceptables".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 20 juillet 2020, à Bruxelles. (JOHN THYS / AFP)

L'Elysée voit (de nouveau) rouge dans la crise des sous-marins. La fuite, mardi 2 novembre, d'un SMS adressé par Emmanuel Macron au Premier ministre australien Scott Morrison sur le méga-contrat de sous-marins a irrité l'entourage du président français, qui a dénoncé des "méthodes inacceptables", selon une source proche à France Télévisions.

La presse australienne a fait état d'un SMS d'Emmanuel Macron envoyé à l'Australien deux jours avant la dénonciation du contrat, mi-septembre. Le président français lui demande, en anglais : "Dois-je m'attendre à de bonnes ou de mauvaises nouvelles pour notre ambition conjointe sur les sous-marins ?"

Une riposte australienne ?

Cette fuite laisse entendre que le président français aurait été au courant d'une menace sur le contrat avant l'annonce officielle de sa rupture. "Des méthodes aussi inacceptables qu'elles ne sont pas efficaces car le SMS montre précisément que nous ne savions pas, a affirmé une source proche du président de la République à France Télévisions. Nos homologues étrangers doivent eux aussi s'interroger sur la confiance à donner à un dirigeant qui divulgue des échanges privés."

La fuite pourrait être une riposte australienne à la déclaration du président français dimanche, qui a dit qu'il "savait" que Scott Morrison lui avait menti en lui cachant son intention de rompre ce contrat de 55 milliards d'euros, au prétexte d'un changement de stratégie en faveur de sous-marins à propulsion nucléaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise des sous-marins australiens

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.