Coca-Cola offre un stage au "garçon Coca" du séisme chinois de 2008

Rescapé après 80 heures sous les décombres, l'adolescent avait demandé depuis sa civière "un coca, bien glacé".

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant Xue Xiao, sorti des décombres après un séisme en Chine en 2008.
Capture d'écran d'une vidéo montrant Xue Xiao, sorti des décombres après un séisme en Chine en 2008. (YOUTUBE / FRANCETV INFO)

"Je voudrais un Coca, bien glacé", avait-il dit, tout simplement, après avoir passé 80 heures enseveli sous les décombres. Cinq ans plus tard, Xue Xiao, survivant du séisme qui a frappé la Chine en 2008, vient d'être accepté en stage chez Coca-Cola. Connu en Chine sous son surnom de "Coke boy", cet étudiant de 22 ans a reçu, samedi 11 mai, les honneurs de la presse chinoise.

Le 12 mai 2008, quand un puissant tremblement de terre avait frappé son lycée dans la province du Sichuan, Xue Xiao s'était retrouvé piégé sous des tonnes de béton, briques et acier enchevêtrés. Au terme de quatre jours et trois nuits de fouilles acharnées, les secouristes avaient réussi à extirper l'adolescent de l'énorme amas de gravats, signant l'un des sauvetages les plus miraculeux de cette catastrophe. Les premiers mots du jeune Xue, qu'il a prononcés dans un filet de voix sur sa civière, lui ont valu une célébrité immédiate.

25 kg en cinq ans à cause de ce "fardeau sucré"

Coca-Cola n'est pas resté insensible à cette publicité gratuite, offrant une prothèse au garçon amputé du bras droit. Tandis qu'il était hospitalisé, de nombreux Chinois lui ont fait parvenir des canettes de sa boisson préférée. Puis ses camarades d'études, à l'université d'économie et de finances de Shanghai, ont perpétué l'habitude de lui offrir cette marque de soda. Ses études ont, elles aussi, été financées par Coca-Cola, ce qui a valu à la marque d'être accusée de récupération.

Xue Xiao a confié au journal China Daily que le Coca-Cola était parfois devenu pour lui un "fardeau sucré", en partie responsable de sa prise de 25 kg en cinq ans. Pour mincir, il se restreint désormais à un Coca par semaine. "Je suis heureux que mon destin continue à être lié au Coca", a-t-il toutefois assuré au quotidien, qui publie, samedi, ses premières impressions de stagiaire dans la filiale du géant américain à Shanghai.